SILVERTOMB : Edge of existence

Il fallait bien que ça arrive. En 2010, Peter Steele, géant vert et icône de Type O Negative, disparaissait, laissant un grand vide dans le cœur de ses fans, et de ses amis. Parmi eux, les membres du groupe eux-mêmes. Et Kenny Hickey et Johnny Kelly, amis sincères du bonhomme. Il y a un an à peu près, le duo lance le premier single de ce nouveau projet. Si, comme beaucoup, je m’attendais à y retrouver pas mal de l’univers du combo de Brooklyn, me voici bien désappointé à l’écoute de « Edge of existence ». Oh, bien sûr, on ne baigne pas dans la joie, mais on ne patauge pas dans le gothic metal sépulcral pour autant ; plutôt dans un metal prog stoner doom psychédélique. Ah, ben oui, sacré programme en apparence. Et à l’écoute, ça ne se révèle pas beaucoup plus évident. Groovy, heavy, délicatement sombre, porté par un riffing puissant et une voix à la limite de la justesse parfois (Kenny ne cherche jamais à singer feu Peter, et c’est tant mieux), et riche en fluctuations de température au sein d’un même morceau…. Eh bien, « Edge of existence » est parfois difficile à suivre (« So true », par exemple). Globalement, ce premier album portant sur des sujets aussi légers que le suicide, l’addiction, la dépression et la perte est de ces œuvres qui auront du mal à atteindre leur public, à mi-chemin entre plusieurs styles et à la complexité certaine. Inutile donc d’y chercher un « héritier », ou même un vague air de famille. Avec autre chose non plus, d’ailleurs ; Silvertomb est une créature d’un nouveau genre. Moi, j’ai eu du mal à l’apprivoiser. Ferez-vous mieux que moi ?

Instagram

Facebook

Paroles de l’album

Related Posts

  • 10000
    En 2012, « CVI » m'avait fait passer un bon moment avec son heavy stoner pas si classique que ça. Je m'étais promis à l'époque de suivre l'actu du groupe, et me voici donc face à « Crooked doors », deuxième album qui comme la tradition (et la logique) l'exige, reprend les choses là…
  • 10000
    Le stoner et le sludge ont le vent en poupe, et on ne va pas s'en plaindre. Pour autant, voir débarquer un nouveau disque du genre tous les 3 matins, j'ai bien peur que ça devienne lassant à force. Vous me direz ; "rien ne t'oblige à les écouter, dugland…
  • 10000
    The Sword fait les premières parties de Metallica, et pratique un heavy metal stoner trrèèèèès classique et efficace, un peu comme si Pentagram rencontrait le Entombed d'aujourd'hui. Et habille le tout de récits science-fiction très seventies (et d'une pochette à l'avenant). Si ça vous fait déjà saliver à la lecture,…
  • 10000
    Ce n'est pas toujours le cas, mais là il faut bien le reconnaître, rarement nom de groupe et pochette d'album n'auront été tant complémentaires pour renseigner le pauvre ignare que je suis sur le contenu de ce "CVI" (soit 106... c'est clair que niveau indices, on repassera de ce côté-là…
  • 10000
    Au cours de la chronique de l'album précédent de Minsk, j'avais décelé sans mal l'influence de Neurosis et Mastodon sur le groupe, même si j'avais apprécié le résultat final. Bonne nouvelle, aujourd'hui, le groupe a effacé toute trace de ces automatismes, et a trouvé sa voie propre. Un metal qui…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *