THE SIDEKICKS : Runners in the nerved world

sidekicks_runners

Jean-Claude Van Damme l’a dit : notre temps sera celui de l’awareness, de la conscience de soi-même et du monde qui nous entoure. En cela, ce combo de Cleveland semble avoir quelques longueurs d’avance sur la concurrence. Tenez, prenez leur nom par exemple : The Sidekicks, soit le partenaire, le faire valoir. Là, ça commence déjà à sentir le groupe qui ne se prend pas la tête, qui joue pour le plaisir. Ajoutez à ça le fait que le line-up n’a finalement que peu changé en quatre albums, et que, certes désormais signés chez Epitaph, ils ont toujours été très discrets, se contentant de jouer une musique vaguement dérivée du punk, mais qui à vrai dire du bon pop rock solide et efficace, et là, on est en plein cliché du loser magnifique. Attention, ça ne signifie pas qu’ils sont incapables de faire des étincelles à l’occasion (on citera « Century schoolbook grown-ups » par exemple), mais il faut bien avouer que l’ensemble de ce nouvel album ne brille pas par son originalité et sa personnalité, et si ça n’empêchera pas de l’apprécier à sa juste valeur, ça jouera forcément contre lui par la suite. Conclusion : bon disque de saison !

Site officiel

The Sidekicks : Everything in twos

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *