SHELLER, William : Épures

sheller epures

William Sheller fait partie des quelques artistes français ayant presque toujours eu mes faveurs. Son spleen et sa voix douce-amère, ses textes tendres et mélancoliques, ses arrangements grandioses ou intimistes, ses mélodies belles comme un jour de pluie, tout me séduit et capture mon oreille. Et si ma passion pour le rock reste intacte, un nouvel album du maître est souvent synonyme pour moi d’un moment magique, d’un moment d’intimité avec mon moi profond, celui qui se planque derrière la carapace que la vie m’a fait porter. Et ici, d’autant plus qu’il s’agit d’un album au piano seul (décidément c’est à la mode !). Mais si  » Sheller en solitaire «  revisitait ses titres les plus marquants, ici point de reprises mis à part  » Les Machines absurdes « , tout est création. Pour ceux qui, comme moi, auraient été moyennement satisfaits des  » Machines absurdes «  du monsieur, ce nouvel album est un vrai régal, où l’on retrouve le Sheller qu’on a toujours aimé donnant le meilleur de lui-même.

Paroles de l’album

Site officiel

Related Posts

  • 10000
    Le symphoman est de retour ! Après un « Epures » intimiste et minimaliste, d'une beauté touchante, William Sheller remet le couvert et réalise ici un condensé de ses différentes périodes. Avec hélas un penchant rock qui rappelle « Albion ». Plus enjoué, plus accrocheur, ce Sheller là partagera sans doute les fans. Les…
  • 10000
    Plus question de rater un disque de Dominique A, affirmai-je en moi-même il y a quelques années. En 2012, avec « Vers les lueurs », cette volonté ne se trouvait que décuplée. Sorte de disque-bilan, ce dernier laissait entrevoir un futur différent. Et je ne m'étonne donc pas de retrouver l'artiste avec…
  • 10000
    Dix-neuvième album pour Gégé, qui a quand même bien vieilli depuis ses grandes années. On retrouve ici ses thèmes musicaux mélancoliques et répétitifs, sa voix si particulière, ses textes parfois obtus, la plupart du temps empreints d'images poétiques. Mais indéniablement, la voix est plus fragile, moins assurée, et la musique…
  • 10000
    Deuxième album en forme d'objet sonore non identifié pour un artiste non moins atypique sur la scène française, « La Mort d'Orion » conte l'histoire d'un peuple maudit, qui finira par s'effacer devant l'avènement d'une autre race et disparaître avec dignité. Habité et développant un univers réellement personnel, Manset est…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *