SHANNON WRIGHT : Providence

Il y a dix-huit ans, « Dyed in the wool » me transperçait, me bouleversait. Depuis, et même si je n’ai pas toujours adhéré à la suite, Shannon Wright a conservé une petite part de mon âme. Il y a quelques temps, j’apprends qu’elle revient avec un format piano – voix. Et ça me rend déjà un peu dingue, parce que j’envisage déjà les magnifiques titres auxquels ce genre d’exercice va aboutir. ET vous savez quoi ? Je ne me suis pas trompé. Ce disque me renvoie directement au « Vessel for a minor malady » que j’avais tant aimé alors. Les ingrédients sont presque les mêmes : sobriété, délicatesse, mélancolie profonde, ambiances glacées et voix ô combien expressive mais aussi terriblement dépressive. Et des chansons à couper le souffle. Avec juste sept titres, « Providence » s’impose, pour moi, comme l’un des disques de l’année, drapé dans une beauté complètement désarmante. Bon, pour tout dire, j’aurai peut-être écarté l’instrumental donnant son titre au disque, qui pour moi ne s’inscrit pas, ou moins, dans la continuité des autres. Mais le reste est juste magique.

Facebook

Instagram

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *