SHADE EMPIRE : Poetry of the ill-minded

Shade Empire. Ce nom me disait vaguement quelque chose jusqu’à aujourd’hui. J’ai quand même laissé le groupe sortir 4 albums avant de faire sa connaissance, c’est pas fameux ! Faisons connaissance donc. Shade Empire est un sextette originaire de Kuopio, en Finlande qui pratique, comme beaucoup de ses voisins, le metal extrême. Oui mais voilà : eux ont choisi de marier death, black, thrash et metal symphonique. Ce style brutal, moderne et grandiose fait mouche sur chaque titre de « Poetry of the ill-minded ». Imaginez donc un mélange entre Dimmu Borgir et Soilwork, et vous serez assez proche de la vérité. La première chose qui frappe ici, c’est la virtuosité et la justesse des parties orchestrales, qui subliment chaque titre. Puis très vite, on se dit que quand même, les titres ont beau être sacrément accrocheurs, ils restent au moins aussi musclés. En gros, ça tabasse bien comme il faut, mais c’est sponsorisé par Deutsche Gramophon : c’est pas la classe ça ? Eh ben si, si vous en doutez encore, c’est la classe. Je n’ai aucune idée de la façon dont les opus précédents sonnaient, mais celui-ci est un très bon cru, et il serait criminel de ne pas le découvrir !

Paroles de l’album
http://www.darklyrics.com/lyrics/shadeempire/poetryoftheillminded.html

Site officiel
https://www.facebook.com/shadeempireband/

Shade Empire : Anti-life saviour

Related Posts

  • 10000
    Il y a deux ans, je m’étais incliné (une fois de plus) devant l’indéniable savoir-faire des bataves en terme d’orchestrations grandioses et flippantes, mais j’avais aussi regretté (une fois de plus) le manque d’accroche mélodique de l’ensemble. Comme je suis très optimiste en matière de musique, c’est avec de grands…
  • 10000
    Slagmaur continue, et c’est tant mieux, à arpenter un sentier black indus flippant et chaotique. Sur ce troisième album qui débute magistralement par une intro cinématographique classique mais très réussie, le groupe a affiné sa recette, mais garde les mêmes ingrédients. Là où il fait la différence, c’est dans sa…
  • 10000
    Oh oui, cette pochette évoque franchement un disque de metal extrême. Pourtant, si l'ambiance ici est noir charbon, on est assez loin du black metal et compagnie. A vrai dire, je ne sais même pas dire s'il s'agit de metal. Pourtant, The Poisoned Glass se décrit comme « orchestral doom ». Oh,…
  • 10000
    Formé en 1988 à Saguenay, au Québec, Necronomicon est de ces combos qui ont une expérience, une assise certaine au sein de leur scène. On parle ici de death / black, un genre qui a vu passer bien des tendances et des modes, auxquelles le groupe a toujours survécu, attaché…
  • 10000
    Derrière un nom à coucher dehors, des dégaines de moines maléfiques et une pochette qui évoque plus la solitude ou l'enfance maltraitée se cache l'un des plus flippants et donc excitants exercices de black metal de ces derniers mois. Car oui, c'est vrai, j'aime le black sombre et orchestral, à…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *