SEPTICFLESH : Codex omega

Septic Flesh m’enchante et me surprend depuis 23 ans. Si vous ne les connaissez pas, et bien, d’abord, honte sur vous et votre descendance sur 3 générations, et puis je vais quand même vous faire un topo, pour que la quatrième puisse faire quelques chose de sa vie. Les grecs, donc, pratiquent un dark metal symphonique de haute volée, une merveille à la fois bestiale et grandiose. Ce dixième album se situe dans la lignée de leurs précédents albums : de plus en plus riche (le chant clair gagne en présence, les ambiances y sont plus diversifiées, les choeurs), de plus en plus vaste (les orchestrations sont toujours plus précises et créatives), sans jamais renier rien de son passé et de sa personnalité. « Codex omega » est donc une tuerie du début à la fin. Et si vous avez la chance de le chopper dans sa version agrémentée de bonus, vous ne pourrez qu’abdiquer devant le talent à l’état brut de Christos Antoniou, guitariste mais surtout responsable de la totalité des orchestrations. En effet, les trois titres bonus sont des revisites 100 % orchestrales de titres (ou cumul de titres) déjà présents sur l’album. Et autant vous dire que c’est spectaculaire et juste exceptionnel. Ce type a toujours été un génie, et gros riffs, voix death gutturales et blast beat ou pas, sa virtuosité transpire par tous les pores de sa musique. Alors oui, « Codex omega » se contente de poursuivre le travail de sape du groupe. Mais c’est déjà tellement énorme que c’est bien assez !

Site officiel

Paroles de l’album

Septicflesh : Portrait of a headless man

Related Posts

  • 10000
    La reformation de Septic Flesh est certainement l'une des meilleures choses nouvelles de ces derniers mois dans le milieu metal. Les dieux grecs du death atmosphérique avaient avec leur dernier album en date « Sumerian Daemons » frappé très fort, en réussissant à la perfection l'hybridation neo classique et death…
  • 10000
    En tant que grand fan de Septicflesh (quelle que soit son incarnation, le groupe ne m'a jamais déçu), je guettais le jour de la sortie de ce nouvel et neuvième album des grecs. Comme toujours, on trouvera sur Titan des éléments nouveaux qui font progresser le style vers encore plus…
  • 10000
    Ahhhhhhhhh. Hum, vous êtes là ? Ok, désolé, mais je ne me sens pas d'argumenter là. SepticFlesh (depuis deux albums en un mot, c'est un choix peut-être contestable, mais soit) vient de sortir son nouvel album, et s'agissant d'un groupe qui a déjà à maintes reprises prouvé son génie, je…
  • 10000
    Oui, j'ai un peu égratigné le mythe grec Rotting Christ en 2014 à l'occasion de la sortie d'un « Sanctus diavolos » que je trouvais bien trop proche de leurs cousins Septic Flesh. Pourtant, magnanime, je donne une autre chance au groupe. D'entrée de jeu, « Rituals » se révèle assez proche du précédent.…
  • 10000
    Ce nom me dit quelque chose... Ah, mais oui, j'avais déjà croisé les espagnols par le passé. Pourtant, je n'en ai pas gardé un souvenir impérissable. Alors forcément, l'assez grandiose "Enuma Elish" introductive, rappelant (mais peut être un peu trop) Septic Flesh me pose question. Et quand la suite débarque,…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *