SENSES FAIL : Hell is in your head

En 2004, j’ai découvert le premier album de Senses Fail, “Let it unfold you”. Le groupe y développait un emo rock / post hardcore très en vogue à l’époque. De façon vraiment pas dégueulasse, c’est vrai, mais pas non plus de quoi perdre la tête et suivre le groupe sur toutes ses tournées. Du coup, ce disque que j’avais bien aimé, ce groupe que j’avais trouvé prometteur, pfiou, évanoui de mes souvenirs après peu de temps. Depuis, Senses Fail a sorti six disques et connu de multiples changements de line-up. D’ailleurs, ne subsiste que le vocaliste du premier line-up. Ce disque est, forcément serait-on tenté de dire, plus sombre et moins pop punk que celui que ma base de comparaison (qui date, c’est vrai). Il faut dire que l’époque n’aide pas à alléger les pensées, et ce même si James Nielsen est père depuis peu ; la situation anxiogène le pousse même ici à se poser des questions sur le fait même d’élever des enfants dans ce monde. Et bien sûr, ces questions, tout parent se les pose avant ou après. Mais ça vous donne une idée de l’ambiance ici. Une idée transmise aussi par une pochette digne d’un disque de black metal. Tout commence par une intro lancinante, qui sert juste de tremplin au terrible “End of the world / a game of chess”. Par contre, petite douche froide avec le trop timoré “The fire sermon” qui rappelle le passé du combo du New Jersey. Même chose pour “I am error” et son refrain “Only love will save us”. “Death by water” repart dans la bonne direction, et va même un peu trop loin ; son côté bourrin dessert un peu le titre. “What the thunder said”est un très bon titre. “Miles to go” est classique et efficace. La suite est un peu trop consensuelle pour moi, et j’ai un peu de mal avec la progression mélodique de “I’m sorry I’m leaving”. Mais “Grow away from me” termine la course sur une note qui tient à la fois de l’inachevé et du mystérieux. Bref, une (re)prise de contact agréable mais imparfaite pour moi, qui confirme ma bonne impression mais aussi les limites du champ d’action du groupe. A suivre.

Instagram

Facebook

Paroles de l’album

Related Posts

  • 10000
    Metal et horreur ont toujours fait bon ménage. Ice Nine Kills semble en être persuadé aussi, puisque c'est le deuxième album d'affilée qu'il base sur les films d'horreur spécifiquement. Bon, c'est un sujet que la formation de Boston connaît bien, puisqu'il s'agit de son fonds de commerce depuis sa création…
    Tags: a, metal, plus, bonne, base, groupe, disque, mal, se, the
  • 10000
    Dans les années à venir, et avec des groupes comme Modern Error, il va être de plus en plus complexe de définir la frontière entre un groupe de rock et un groupe de metal. C'est l'évolution naturelle des choses ; on va voir s'effacer des différences et naître de nouveaux mélanges.…
    Tags: plus, a, error, album, groupe, va, se, y, post, of
  • 10000
    Ok, je suis légèrement à la bourre pour celui-ci. Pour ma défense, je n'étais pas sûr de le publier. Pourquoi ? Parce que, si je le trouve plutôt très bien ficelé, il y a également ici quelque chose de très poppy, d'un peu convenu qui me dérange. Pour être clair, Noija…
    Tags: plus, a, d'un, bien, metal, me, mal, c'est, vraiment, fire
  • 10000
    Sérieusement ? Comment un groupe avec le talent de Dystopia en vient à autoproduire une œuvre comme « Geen weg uit » ? Est-ce que des labels l’ont écouté ? Ok, je me calme et j’argumente. Dystopia, formation hollandaise, s’évertue à revisiter le black metal en y intégrant plus d’émotion et de désespoir, et n’hésitant…
    Tags: a, black, y, metal, bien, groupe, dire, ne, se, va
  • 10000
    Jeune groupe du Maryland, Savage Hands sort aujourd’hui un second album metalcore / emocore / post hardcore conjuguant, comme ses petits camarades, énergie débordante et format pop assumé, pondant les titres à chantonner sous la douche comme Jul pond les fautes de français. Oui, je ne peux pas dire le…
    Tags: bien, pop, ne, dire, album, me, metalcore, metal, the, in

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.