SCRATCHOPHONE ORCHESTRA : Plaisir moderne

Du deejaying, du swing et de la chanson ; voici une formule qu’on commence à connaître, que ce soit en langue materne ou pas, et sur laquelle le Scratchophone Orchestra a décidé d’établir ses quartiers. Le groupe, composé d’un clarinettiste / chanteur, d’un contrebassiste, d’un violoniste / programmateur et d’un homme orchestre (guitare, prog, machine, percus) s’est ici entouré de quelques invités pour proposer un premier album varié et plaisant. D’emblée, « Mon héroïne » affiche les intentions du groupe : des titres légers, efficaces et festifs. La voix d’Aurélien me surprend et me prend un peu à rebrousse-poil dans un premier temps, sorte de mélange entre celle d’Ozark Henry première période et des intonations d’un Thomas Dutronc. Mais petit à petit, je m’y habitue et au final, je la trouve assez bien assortie à la musique. Le groove et la fraîcheur de celle-ci font le gros du boulot. « Plaisir moderne » plaira donc certainement à celles et ceux qui ont succombé à Parov Stellar et autres Caravan Palace, pour peu que ceux-ci ne soient pas allergiques aux textes français un poil coquins. Et je dois avouer que si ce n’est pas mon genre de prédilection, et de loin, l’electro swing chanson de Scratchophone Orchestra ne m’a jamais gonflé au cours des trois sessions d’écoute de cette chronique. Un bon premier essai, qui met en lumière les qualités du quatuor mais qui montre aussi des limites en terme de créativité ; pour aller plus loin, il faudra se montrer plus entreprenant !

Site officiel

Scratchophone Orchestra : Mon héroïne

Related Posts

  • 10000
    Bon, ça fait déjà un moment que la musique electro vampirisait le swing. On a vu émerger, en France et ailleurs, quelques formations assez douées pour marier les genres. Lyre le Temps en fait partie, même si on a pas forcément entendu beaucoup parler d'eux, bien qu'ils n'aient pas démérité…
  • 10000
    Deuxième album pour le groupe français numéro un dans le mélange electro swing. Bon, ok, ils sont un peu les seuls dans la catégorie. Mais quand même, il fallait oser. Alors quand on a accouché d'un premier album ultra-plébiscité, envisager le deuxième sereinement peut être très compliqué, et aboutir à…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *