SANTACRUZ, Bernard : Lenox Avenue

bernard santacruz Lenox+Avenue

Bernard Santacruz est un contrebassiste œuvrant dans le jazz, qui nous propose ici un disque où seul son instrument est libre de s’exprimer, loin de ses nombreuses collaborations passées et/ou encore d’actualité. Soit plus d’une heure d’ennui total. Hé oui, votre serviteur a beau adorer le son de la contrebasse, il n’en demeure pas moins qu’un album de cette trempe, faisant la part belle à la virtuosité et à l’improvisation est un supplice pour le non-musicien. 

Site officiel

Related Posts

  • 10000
    Nouveau projet musical conjuguant le rock, le jazz moderne et expérimentations, "Les touristes" voit s'épancher le breton Régis Boulard, musicalement principalement, sur les dérives d'une société ou le consumérisme est devenu une norme, où chaque liberté de mouvement est conditionnée par une logique pré-établie, justifiée par une étude marketing. Une…
  • 10000
    Un saxophoniste jazz qui se la joue solo et progressiste, ça me rappelle quelqu'un, moi... La France aurait-elle trouvé son John Zorn ? Bien entouré, monsieur Paboeuf n'a peur de rien ; jazz, electro, rock, funk, world music, le tout avec une maîtrise et un sens de la mélodie qui…
  • 10000
    Depuis quelques années, les américains de The Bad Plus renouvellent le genre jazz en lui apportant des influences diverses et en les incorporant à une instrumentation classique (batterie, piano, contrebasse). Mais pour ce nouvel (et sixième) album, ils se sont acoquinés avec la chanteuse Wendy Lewis, et c'est donc dans…
  • 10000
    Cette chronique est issue d'une histoire compliquée ; je crois d'abord voir en « Living fields » le nouvel album de Portico Quartet. Et puis, je me souviens que, justement, le groupe londonien avait un nom composé. Et, détail qui a son importance, dans mon souvenir pas très lointain, le groupe pratiquait un…
  • 10000
    Ex-joueur de hang des anglais de Portico Quartet, dont j'avais particulièrement apprécié les deux derniers albums, Nick Mulvey a décidé de quitter le groupe en 2011. Il nous livre ici son premier album, souvent à des lieues de ce que pouvait proposer sa formation d'origine, même si certaines influences jazzy…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *