SAMCAT : Numeric love

J’avais déjà écouté la précédente production de ce musicien nantais. Elle montrait pas mal de défauts de jeunesse, derrière lesquels on pouvait cependant deviner un vrai sens de la mélodie et du groove, hélas pas encore exploités de façon optimale. On commence doucement avec une « The Phantom cantata » dont le groove électronique tranquille me rappelle le Metronomy de « The english riviera ». « I mean it » surfe sur la même vague ; un autre titre mid-tempo, une mélodie délicate, une basse groovy, un chant anglophone nonchalamment posé dessus. Oui, ça marche, mais les deux titres se ressemblent encore un peu trop. Par contre, on remarque vite une mise à niveau au niveau du son et de la maîtrise des arrangements : tout est plus propre, plus clair, plus pro. Cool. « Find » nous emmène sur plusieurs fausses pistes, débutant comme une ballade instrumentale à la guitare, enchaînant par une mélopée pop mélancolique à voix mixte, avant de faire entrer un rythme funky qui nous accompagnera jusqu’au dénouement. Malin et réussi. « Man on the road » prend des couleurs plus classic rock dans l’idée, avec toujours une orchestration electro pop douce et un rythme mid-tempo. « Because I luv you » marie langue française et anglaise, avec les mêmes ingrédients mélodiques. « Rollercoaster » est, lui, un véritable titre instrumental, estival et sans prise de tête certes, mais pas forcément le plus inoubliable du lot. Enfin, nous arrivons à la chanson-titre. Celle-ci s’avère aussi plaisante que les précédentes, mais est assez symptomatique de la musique du projet ; à l’écoute, on lui imagine (rêve) aisément un tempérament plus nerveux. Avec quelques BPM de plus (et une trentaine de secondes?), on tient un tube. Bilan ? Samcat a pas mal progressé en quelques mois, et a semble-t-il trouvé sa vitesse de croisière avec ce style electro pop cool et mélodique mid-tempo. Un peu comme un Ratatat avec du chant ; on pourrait faire pire comme comparaison ! C’est pas mal du tout, « Numeric love » est très agréable, mais on sent encore un potentiel non exploité, et qui ne dénaturerait pas forcément sa musique ; oser hausser le tempo ! A suivre…

Facebook

Instagram

Related Posts

  • 10000
    En 2008, lors de ma dernière chronique en date de Ratatat, je faisais le constat du côté malin du groupe autant que de ses limites musicales trop rapidement atteintes à mon goût. Sept ans plus tard, me voici de nouveau face à face avec onze titres du duo new yorkais ;…
    Tags: electro, pop
  • 10000
    Troisième livraison pour les New-Yorkais de Ratatat, qui se sont mine de rien fait une place parmi la foule des formations electro. Dès les premiers titres, on s'aperçoit que le rythme s'est apaisé, que la musique a moins de punch et se rapproche fortement de ce que pouvait proposer notre…
  • 10000
    En entendant qualifier Ratatat de «rock new yorkais avec un peu d'électro», j'étais loin de m'imaginer ce disque. En effet, on a ces derniers temps tendance à associer la grosse pomme avec un rock garage punk dans la veine des Strokes, White Stripes et autres Kills. Or ici il n'en…
    Tags: electro, on
  • 10000
    En 2015, « Sacred ground », le premier album de ce projet de Ry X et Frank Wiedemann faisait surface et s'imposait comme un très bon compromis entre electro pop et electronica, pas renversant mélodiquement mais jouissant de l'expérience et du savoir-faire sans failles de ses géniteurs, ce qui finit par convaincre…
    Tags: a, plus, on, titre, chant, lui, i, musique, electro, pop
  • 10000
    On ne va pas se voiler la face, nous sommes nombreux à avoir été pour le moins désarçonnés par le très, trop pop « Junk » de 2016. Oh, bien sûr, on aurait pu le voir venir dès « Hurry up we're dreaming » qui délaissait déjà un peu l'electro pop acidulée pour quelque…
    Tags: on, l, musique, a, plus, pop, electro

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *