RESERVATIONS : Taking time

reservations_takingtime

Je sais, je sais, on ne juge pas un livre à sa couverture. Et pourtant, en regardant celle de ce premier album du trio américain, on sait qu’on ne se situera pas dans un univers policé et facile. Pas la gueule du tout-venant, ce « Taking time », plutôt celui du disque indé, à forte connotation noisy pop. Lourde erreur. Oh, attendez, ne fuyez pas ! Oui, ce premier Reservations ne peut pas être qualifié de mainstream. Pour autant, et tout statut indé qu’il puisse revendiquer, il est tout aussi éloigné de la noisy pop. On se situe clairement en territoire pop indé mélancolique. Un genre peu original mais qui peut faire des miracles sur moi quand il est bien pensé, construit et interprété. Certes, ça fait beaucoup d’exigences. Mais c’est à ce prix que l’équation fonctionne. Et heureusement, Jana Horn, qui a composé ces chansons lorsqu’elle avait 19 ans, semble avoir la bosse des maths. Ce disque a, je pourrais tourner autour du pot pendant des heures, essayer de minimiser ses qualités, quelque chose de sublime. Entre un Buffseeds et une Laura Veirs des jours sombres, « Taking time » bénéficie d’un son ample mis au profit de titres intimistes et sensibles. Et si quelques chansons sont un peu plus dispensables, l’ensemble est tout de même excellent, assez pour justifier une adhésion immédiate et inconditionnelle.

Site officiel

Related Posts

  • 10000
    J'ai beau me triturer les méninges, je ne trouve aucune trace de Mackenzie Scott alias Torres dans mes souvenirs. Et c'est bien dommage, parce qu'après avoir écouté deux fois de suite ce deuxième album de la jeune américaine, je me dis que je suis passé à côté de quelque chose.…
  • 10000
    A l'écoute de ce premier album de la canadienne, plusieurs noms viennent en tête : Bjork, Florence + The Machine, Kate Bush, Oh Land. On pourrait imaginer pire. En huit titres, la jeune femme installe un univers à la fois personnel et plein de petites touches de couleurs musicales bigarrées,…
  • 10000
    Puressence est une formation anglaise qui pratique une pop indé assez mélancolique et poignante, avec la particularité de comporter un chanteur à la voix très androgyne (pour tout dire, j'ai longtemps cru qu'il s'agissait d'une chanteuse). Et l'air de rien, c'est un groupe qui vient d'atteindre ses 19 ans de…
  • 10000
    Disque d'une inquiétante beauté, « Great surround » évoque autant la pop jazz ténébreuse d'Angelo Badalamenti sur la bande originale de Twin Peaks que le rock progressif d'Anathema sur la partie actuelle de sa carrière. La voix de Wayne Switzer n'y est d'ailleurs pas pour rien, rappelant souvent le timbre mi-profond mi-stellaire…
  • 10000
    Troisième album pour Orenda Fink. Si le nom ne vous dit rien mais que vous aimez le rock indé et/ou le folk indé, il est fort possible que vous ayez déjà croisé la jeune femme, qui a oeuvré dans Little Red Rocket (oui, je sais, moi non plus), Azure Ray…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *