REE-VO : All welcome to planet Ree-Vo

L’extraordinaire, vous connaissez ? C’est pas forcément un truc incroyable, un truc inédit, un truc insurpassable. C’est juste que ça vous sort de l’ordinaire. Même si ça a déjà été fait, même si c’est pas parfait, ça vous attrape et vous soulève un peu, juste assez pour que vous vous rendiez compte que vous étiez en train de vous endormir à force de subir tout le temps la même chose. Et bien les anglais de Ree-Vo, c’est ça. Leur mix hip-hop / electro avec une lichée de dancehall nous fait d’abord dire « mais vous êtes fous ? » (oh, oui). Et puis, finalement, on réfléchit ; ce sont des éléments assez rétro, déjà utilisés dans les nineties par des compatriotes comme Dizzee Rascal et d’autres. Mais quand « We go » se pointe avec son look space-rap et son gimmick vocal (qui peut très bien évoquer chez nous un « Bisso na bisso ») on sent qu’il se passe vraiment quelque chose. Quelques autres titres font mouche aussi, tous chargés de groove. Sur cette planète, on pourrait paraphraser un groupe français ; tout semble simple & funky. Ree-Vo va puiser ses référence un peu partout : chez De La Soul, chez Public Enemy, chez les Beastie Boys, dans la SF des fifties… Alors oui, « All welcome to planet Ree-Vo » est un sacré voyage, et je comprendrais que certains aient mal au cœur. Moi-même, d’ailleurs, je ne me retrouve pas forcément partout. Mais je ne peux nier que cet album présente une élasticité musicale et de flow comme on en entend rarement : les gars sont doués, et qu’on accroche ou pas, impossible de leur refuser ça. De mon coté je retiendrais, en plus du premier titre, « Groove with it », « Nu », « Strange noise », « Dirty secret ». Mais ce n’est qu’une question d’appétence de ma part pour des titres plus chelous, à vous de vous faire votre opinion !

Instagram

Facebook

Related Posts

  • 10000
    Impossible d'écouter tout ce qui sort : je suis donc passé totalement à côté du premier Run The Jewels, projet que j'aurai pourtant du pister puisque j'aime généralement tout ce que peut proposer El-P. D'autant plus que ce nouveau-né indie rap pourrait aussi me permettre de combler mes lacunes :…
  • 10000
    C’est vrai, ça fait un moment que je n’ai laissé traîner mes oreilles du côté de Seattle à la rencontre de Sadistik. Pourtant, en 2014, « Ultraviolet » m’avait vraiment fait bonne impression, avec ses prods atmosphérique assez personnelles. Un disque plus tard, le voici avec ce nouvel opus produit par Kno…
    Tags: l, on, assez, se, d, ne, plus, a, electro, hip
  • 10000
    Drone San est un duo italien formé de deux traînards de la scène electro et jazz, réunis pour bâtir un style hybride. Est-ce que personne n’a voulu sortir le projet tel quel, ou s’agit-il seulement d’une volonté farouche de rester indépendant ? En tout cas « Drone San », l’album, sort sur le…
    Tags: d, a, plus, bien, ne, autres, on, faire, l, electro
  • 10000
    La loi des séries : ce « Shinjuku » est le deuxième disque underground de suite à mélanger sonorités asiatiques traditionnelles et musique électronique à paraître par ici. Cette fois, il est l’oeuvre d’un beatmaker russe dont je ne connaissais pas le boulot jusqu’ici, Alexandr Osipov alias Free Flow Flava, et dont le…
    Tags: l, bien, quelques, qu, titres, flow, d, plus, on, temps
  • 10000
    Les artistes mélangeant electro et world music sont assez courants de nos jours. Cependant, si certaines zones géographiques et influences sont souvent représentées, les sonorités asiatiques sont un peu passées de mode ces derniers temps. Il est donc intéressant de voir débarquer Exyz dans ce domaine. Sa musique est d’apparence…
    Tags: d, l, electro, titres, se, bien, temps, titre, assez, éléments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.