RED SNAPPER : Eponyme

Red Snapper : Red Snapper (2003)

Cinquième album pour Red Snapper ? Que nenni ! Il ne s’agit que d’une friandise pour faire patienter les fans, en attendant un éventuel nouveau brûlot. Nous avons donc là une collection de titres rares, remixés, live ou inédits. on retrouve avec bonheur ce trip hop jazzy, groovy, à la basse chaude et ronflante, aux cuivres discrets mais efficaces, percutant sur scène (superbe version de « 4 Dead Monks » !) comme sur disque (l’introductif « Regrettable »), toujours à la limite de l’acid jazz. Totalement instrumentale et plus axée vers le style « Making Bones », la musique de Red Snapper est ici parfaite pour les after et autres ambiances lounge. Et il serait effectivement regrettable de ne pas avoir l’occasion d’entendre s’exprimer le groupe dans la durée tant ce qu’il a à nous proposer est intéressant…

Site officiel

Related Posts

  • 10000
    Bonobo m'avait séduit en 2004 avec son premier album « Dial M For Monkey » qui distillait un trip hop jazzy et ambiancé du meilleur effet. Revoici le monsieur avec un deuxième album beaucoup plus éclectique et peut-être plus « accessible ». En effet, l'arrivée d'une chanteuse, Bajka, sur 4 titres, et l'affirmation du…
  • 10000
    Il est difficile de définir Red Snapper. C'est d'ailleurs certainement ce qui a fait le succès du groupe britannique, l’exigence de ses fans et sa difficulté à se renouveler de façon convenable. Paru après un premier album remarqué fusionnant déjà les genres, « Making bones » poursuit le voyage groovystique du groupe…
  • 10000
    Earthling, c'est un peu une légende en terrain electro pour moi. Des années durant, j'en ai entendu parler, j'ai eu ça et là des échos d'albums géniaux, mais voilà, personne pour m'initier à leur son. Et quand j'ai fini par mettre la main et les oreilles sur leur deuxième album…
  • 10000
    Malgré le sample très « spécial » (je vous laisse le découvrir) des deux premiers titres de ce troisième album de l'américain Deru et son artwork faisant apparaître une aile, cet album n'est en rien un disque de musique chrétienne. Inconnu par chez nous malgré des collaborations assez prestigieuses côté bandes originales…
  • 10000
    Sortir un album tous les six ans peut être un bon moyen de ne pas saturer médiatiquement le public, tout en créant une attente. A condition qu'à la sortie de l'arlésienne, la qualité soit au rendez-vous. Mais tout ceci est bien loin de l'univers de M. Josh Davis. Pas d'opération…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *