RECONDITE : Dwell

Et de six pour l’allemand Recondite et sa techno minimale sombre et austère. Ah, je sais, c’est pas vendeur décrit comme ça. Mais ça ne signifie pas que « Dwell » est à jeter aux orties. Au contraire, c’est l’une des plus belles sorties du genre pour moi depuis un bon moment. Alors oui, ses onze titres ne brillent pas par la diversité de leur orchestration ; « Dwell » est un tout, présentant des variations mélodiques certes, mais dont chaque élément répond à un cahier des charges commun ; ambiances subaquatiques, rehaussées de nappes glaciales et d’un rythme assez lent. Le tout avec un pouvoir d’évocation énorme, qui fait tout le sel de ce disque. Et puis c’est beau. C’est assez remarquable d’ailleurs ; que Lorenz Brunner parvienne à magnifier des sonorités froides, des samples du quotidien (bien retravaillés, ok), et des mélodies nombreuses mais aux traits communs et en mode mineur pour en faire un tout hyper cinégénique et vénéneux. Autre chose à dire ? Pas vraiment. Recondite ne change rien ou presque, et parvient quand même à nous embarquer. Belle performance.

Facebook

Instagram

Related Posts

  • 10000
    S’il était en France, il échapperait à la réforme des retraites ; Hior Chronik, c’est George Papadopoulos, né en 1974 à Athènes (et depuis exilé à Berlin). Le monsieur est un vrai passionné de musique, et a toujours voulu en faire son métier ; ayant oeuvré en radio puis au sein de…
  • 10000
    Après le « 1979 » sorti il y a deux ans, je ne pensais pas que Deru me referait le coup de la sortie passée inaperçue. Raté. Ce disque est même sorti fin d’année dernière, c’est dire si le bonhomme a été vite inspiré. Et pour tout dire, étant donné la noirceur…
  • 10000
    Moi qui suis loin d’être immergé dans la culture electro, je découvre juste Djedjotronic avec ce disque, après quelques titres et ep parus chez Boys Noize. L’auteur est, encore, un ex musicien indie qui a lâché la guitare pour les machines. Un profil qui le fait conjuguer des rythmes obsédants…
  • 10000
    Lorsqu’il se décrit comme pratiquant du « funk industriel », Dead Fader ne semble pas avoir les tympans en face des trous, ou alors une conception toute personnelle du funk. Car si vous cherchez un ersatz de Daft Punk version underground, vous ne frappez même pas à la mauvaise porte, mais carrément…
  • 10000
    Voilà bien un retour auquel je ne m’attendais pas. Darrell Fitton alias Bola avait fait son trou dans les années 2000 en territoire electronica / electro ambiant avec des albums très sympathiques, et pas encore désagréables à la réécoute («Fyuti » et « Krougrine » font encore des allers-retours sur la platine à…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *