R.E.M. : Collapse Into Now

 

REM : Collapse into now

R.E.M. A toujours navigué au gré des humeurs de son leader Michael Stipe. Et Michael s’est réveillé en pleine crise mondiale avec l’envie de mordre son prochain, apparemment. Exit le côté rêveur, c’est en pleine tourmente rock que le groupe nous convie dès l’introductif « Discoverer », plutôt bien foutu. Rock, « All The Best » l’est encore plus, tutoyant presque Interpol. « Uberlin », semi-ballade, sonne étrangement sèche et sobre, tout comme une « Oh My Heart » tout de même un peu trop sage pour convaincre, même parée d’ornements neo-folk sympathiques. « It Happened Today » et « Every Day Is Yours To Win » rallongent encore la sauce, et on se demande un peu où les petits gars veulent en venir, avec leur lot de ballades ni vraiment belles ni vraiment originales. Heureusement « Mine Smell Like Honey » nous sort un peu de notre torpeur, avec ses petits airs de « It’s The End of The World As We Know It ». Hélas « Walk It Back » replombe l’ambiance. Et c’est reparti pour une salve rock, avec un « Alligator Aviator Autopilot Antimatter » qui court après la jeunesse, et un « That Someone Is You » très court mais qui donne le change. Et puis arrive « Me, Marlon Brando, Marlon Brando and I », seule ballade apte à convaincre de bout en bout, et où l’on retrouve la voix de Stipe, sensible et touchante. « Blue » joue la carte du titre d’ambiance, où une mélodie traversée de stridences habille l’arrière-plan, pendant qu’une voix récite un texte en talkover. Vraiment pas dégueu, et inattendu de la part du groupe, comme conclusion. Bon, tout ça n’est pas exceptionnel, et R.E.M. est loin de son niveau d’antan, mais « Collapse Into Now » ne peut être qualifié de mauvais disque.

Paroles de l’album

Site officiel

R.E.M. : It happened today

Related Posts

  • 10000
    Présentée comme torturée et sombre, la musique des New Yorkais de The Antlers m'appelait forcément à elle. Groupe estimé mais pas adulé, pratiquant un genre quelque peu hybride et hors-normes, entre rêve et cauchemar, il avait tout de la pépite d'initiés. Me voici donc avec la deuxième galette de la…
  • 10000
    Punk, grunge, power-pop, rock noisy ; telles sont les références assumées par le quintette américain Cage The Elephant. Rien de bien original pour des trentenaires outre-atlantique. Voilà donc des jeunes gens qui collent parfaitement à leur époque. N'ayant pas eu l'occasion de découvrir leur premier essai, je ne me hasarderai…
  • 10000
    Une voix forte et inhabituelle, des textes rebelles mais gentils, un rock sincère nourri par les racines irlandaises du groupe mais qui ne tombe jamais du côté convenu de la force (y'a les Corrs pour ça à l'époque)... Le quatuor arrive au bon moment avec la bonne formule et fait…
  • 10000
    Les anglais Doves ont un parcours musical assez original : si bon nombre de rockers se mettent aujourd'hui aux rythmes électroniques, histoire de prendre le train en marche (ou par goût, ne soyons pas mauvaise langue !), eux ont pris la route en sens inverse. Histoire d'éviter les bouchons qui…
  • 10000
    Dès le premier titre, « The Big Wheel », on ne peut qu'être impressionné et désarçonné par Gush. Mélodie vocale et rythmique martiale habillent cette chanson pour en faire une expérience étonnante. Et si dès « Let's Burn Again », on replonge dans quelque chose de plus convenu (une chanson pop dansante teintée de…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *