PRIEST : Obey

Je ne connaissais pas Priest il y a cinq minutes. Je n’avais pas été conquis par son précédent et premier album « New flesh » en 2017. Et je ne savais pas que le groupe était né de la volonté d’un ex Ghost d’aller voir ailleurs. En fait, ma décision de chroniquer cet objet, sorti il y a déjà quelques semaines, a été prise en vingt secondes, comme pour un achat immobilier. Ces vingt secondes, ce sont celles qui ouvrent « Obey », premier titre de cet ep, et véritable tube en puissance. On retrouve, par rapport à Ghost, le goût pour les mélodies efficaces, le chant clair, et le vernis décadent – grandiloquent. Par contre, musicalement, la donne est bien différente ; on a ici un mélange entre electro-pop, electro-dark et synthwave. « Ceremony » et « Neuromancer » suivent la même trame ; rythmes simples, mélodies obsédantes, ligne de chant pop, sonorités acides. Priest nous sert ensuite une reprise réussie (bien que pas très ambitieuse) du « Street spirit (fade out) » de Radiohead. Et le chapitre se clôt sur une « Tria prima 2 » beaucoup plus electro ambiant, qui fait descendre la pression en douceur. Bref, pas de faute de goût sur cet ep, qui met l’eau à la bouche pour l’album à venir et nous éclaire sur les raisons qui ont fait que Priest a été élu meilleure formation electro chez lui, en suède, en 2017.

Paroles de l’album

Facebook

Instagram

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.