PREOCCUPATIONS : New material

Preoccupations pratique le post punk avec acharnement et abnégation. Quoi ? Le terme est un peu fort ? Bah, quand on sort un disque par an, année qu’on ponctue de tournées, je ne pense pas, non. Le groupe canadien, pas connu pour son côté lumineux, a bâti sa réputation sur une froideur et une caution dépressive qui ne fait pas dans la demi-mesure. Mais voilà, toutes les choses sont amenées à évoluer, et voici que « New Material » s’aventure sur des terres sur lesquelles il s’interdisait jusqu’alors de séjourner. Bon, bien sûr, sur l’introductive « Espionage », ça ne saute pas aux yeux. Même si ce titre s’avère plus pop et complètement addictif, il reste tout à fait dans la mouvance post punk (même si, comme le groupe le fait remarquer, le terme est employé pour de nombreuses formations sans grand rapport entre elles). Mais dès « Decompose », on perçoit autre chose. La basse est toujours obsédante et froide, mais le chant plus franc et libéré du carcan habituel, et le gimmick mélodique plus léger. Voilà qui change, même si le titre n’est pas le plus réussi. « Disarray » se rapproche plus de la noirceur indie rock d’un Interpol. « Manipulation » ralentit considérablement le tempo, sorte de ballade cold wave traînante. « Antidote » est beaucoup plus classique dans sa forme, même si sa mélodie est quasiment pop et sa voix plus punchy : pas franchement convainquant. « Solace » semble se contenter de reprendre les rennes post-punk, mais quelque chose dans sa ferveur, dans son rythme pas si binaire tend vers autre chose. Pourquoi pas. La terriblement gothique « Doubt » lui fait suite et fascine immédiatement. Et le disque se termine par une « Compliance » tout aussi lugubre, répétitive, obsédante et complètement instrumentale, entre le rituel et l’ambiant. « New material » est donc intéressant en bien des points, mais imparfait en bien d’autres, mais il a l’avantage de s’extirper (un peu) d’un carcan qu’on devine désormais trop étroit pour ses géniteurs.

Site officiel

Paroles de l’album

Peoccupations : Disarray

Preoccupations : Antidote

Related Posts

  • 10000
    Vox Low, même si tout le monde s’en fout, est né sur les cendres de formations françaises diverses, dont Think Twice, ancien poulain de l’écurie F Com dont les membres se sont depuis rangés des voitures, avant de se raviser et de remettre le couvert avec ce nouveau projet qui…
  • 10000
    Avec Shopping, on sait où on va. Et si jamais on ne le sait pas avant de pousser la porte de « The official body », troisième opus du trio anglais, on le comprend bien vite. Une basse qui groove, une guitare qui sautille, une voix déclamatoire, des titres courts et terriblement…
  • 10000
    De jeunes anglais avec des têtes à claques dont le nom circule sur et sous le manteau depuis des mois, un premier album déjà connu comme le loup blanc alors qu’il n’est même pas encore sorti, mais on va où là ? Dans le mur, histoire de se réveiller et de…
  • 10000
    Il y a quelques années, la musique était pour moi comme une drogue. Je suis passé par une période d'intense boulimie, j'engloutissais des dizaines de disques par semaine, et je listais tout ce que je pouvais trouver. Bon, ça n'a pas forcément l'air comme ça, mais je me suis calmé.…
  • 10000
    Faire du neuf avec du vieux est une science complexe , mais un exercice très répandu. Aujourd'hui, nous étudierons le cas de Soviet Soviet. Ce nom, déjà. Les plus au fait d'entre-vous y décèleront une certaine inclinaison vers le post punk. Et il y a du vrai. Beaucoup, même. Et…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *