PRAISE THE PLAGUE : The obsidian gate

Jeune groupe allemand formé en 2017, Praise The Plague mélange black cru, doom funéraire et influences post metal / sludge. Un style moderne, haineux et noir charbon qui fait mouche à chaque seconde, des explosions d’intensité black aux riffs lancinants et désespérés. Lourd, puissant et tranchant, « The obsidian gate » est l’exemple à suivre question hybridation ; l’ensemble est harmonieux et logique, et si le groupe a découpé l’album en six titres souvent assez longs,eux mêmes scénarisés en passages exploitant les différentes cordes à son arc, on ne s’y perd pas. Lorsqu’il déverse son fiel black metal, Praise The Plague sonne scandinave, et même suédois. Lorsqu’il invoque les grands anciens du doom abyssal, il se déplace vers la Finlande ou les Etats-Unis. Quand il ajoute à tout ça des ficelles post metal, il est plus susceptible d’être comparé à des formations d’Europe Centrale. Quoi qu’il en soit, le groupe n’est pas là pour proposer un style ou une technique inédite, mais juste pour aboutir à un tout fidèle à son idée d’unir la puissance des sentiments extrêmes haine et désespoir en une entité fatale. D’autres s’y sont essayés, pas forcément avec autant de réussite. Si je devais reprocher quelque chose ici, ce serait probablement le mix donnant un son un peu trop sourd, trop raw. Un peu plus de clarté aurait renforcé l’impression de profondeur, notamment en libérant un peu le chant death / doom, en le rendant plus inquiétant, et le reste plus déchirant. Mais c’est un choix que je peux aussi comprendre, puisqu’il aboutit à rendre une impression de claustrophobie qui peut aller dans le sens de l’oeuvre. Et ça ne nuit pas vraiment à la force et au pouvoir de « The obsidian gate » !

Instagram

Facebook

Related Posts

  • 10000
    Premier album pour les italiens de Qaanaaq. Formé par trois frangins en 2012, le groupe est resté discret jusqu'ici ? Si l'imagerie et le titre sont assez ouvertement black metal, cette introduction à l'univers du quintette de Bergame recèle bien plus de complexité et d'intérêt que prévu. Et pas besoin d'aller…
    Tags: plus, ne, a, black, metal, se, groupe, album, on, assez
  • 10000
    Les allemands de Nailed To Obscurity sortent avec « Black frost » leur 4e album. Jamais entendu parler d’eux avant. Le combo, formé en 2005, a pourtant déjà quelques années et galères au compteur. Mais le style dans lequel il a choisi d’évoluer (un death doom très mélodique) n’est pas forcément le…
    Tags: black, a, plus, on, d, l, qu, metal, c, death
  • 10000
    Vulture Industries, Black Hole Generator : le créateur de ces deux projets semble avoir un certain goût pour les thématiques apocalyptico-industrielles. Bon, ok, je ne connais le premier que de nom, mais ça sent le metal indus à plein nez, non ? Allez, je me lance et... je ne m'attendais pas vraiment…
    Tags: black, on, ne, a, titres, album, doom, y, noir, peux
  • 10000
    Sunken donne dans le black metal atmosphérique et nous vient du Danemark. Ce n'est pas forcément le pays le plus en vue pour ce genre musical, alors on peut déjà le féliciter pour sa persévérance. En plus, il le fait d'une façon moins conventionnelle que ses camarades. Entendons-nous bien ; beaucoup…
    Tags: black, on, plus, se, assez, doom, titres, a, sens, comprendre
  • 10000
    Chers amis, vous me trouvez ici en proie au doute le plus affreux. Là, en découvrant ce troisième album des suédois Mist Of Misery, tout en ramassant des lego un peu partout dans la maison (ah, la vie trépidante d’un papa en repos…), une révélation. Ce nom, cette surenchère de…
    Tags: d, l, ne, on, s, plus, black, doom, metal

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.