PORTISHEAD : Third

portishead third

Quand on revient après dix ans d’absence médiatique, on a plutôt intérêt à ne pas se planter. Surtout quand on a quitté la scène en plein succès. Tout le monde le sait, et d’ailleurs certains le savent si bien que l’appréhension l’emporte sur la volonté de revenir, repoussant encore et encore un come-back fracassant. Qui pourtant tomberait à pic étant donné les événements politico-sportifs d’actualité. Ça y est ? Vous avez pigé ? Bon, trêve de digressions, le nouveau Portishead est là, et moi aussi, prêt à en découdre avec un album auquel je ne pardonnerai que l’excellence. D’emblée, c’est un titre relativement up-tempo, assez dépouillé et sombre, à l’opposé des autres disques du groupe, le chant mis à part, qui déboule sur la platine. Et là, on a beau être préparé, on accuse le coup. A quoi s’attendait-on ? A une redite, une compilation ? C’est pourtant bien mal connaître Geoff Barrow et Adrian Utley, qui auraient mis bien moins de trois ans à accoucher d’une telle oeuvre, plutôt que de ce « Third » étrange et décharné. Comme si le groupe avait cherché à méticuleusement effacer tout ou presque des traces de son passé, à se forger une nouvelle identité. Et là, on est pas loin de la vérité. Portishead a muté. Ses morceaux sont toujours aussi riches et évocateurs, mais pas de la même façon. Fini les mélodies cotonneuses et le désespoir tranquille (la résignation ?), la formation tape dans l’abrasif, l’agressif, le corrosif. Corrosif, c’est le mot. Le groupe joue avec nos nerfs, produit des sons qui heurtent nos tympans en même temps que nos certitudes, mais au final nous fait adopter son nouvel art plus vite qu’on ne l’aurait cru. Retour réussi, mais qui demande un certain investissement de la part de l’auditeur…

Paroles de l’album

Site officiel

Portishead : The rip

Related Posts

  • 75
    Voilà le genre de disque qui me pose problème. Porté aux nues avant sa sortie, venu de nulle part ou presque (deux – trois titres postés sur internet, et voilà le travail !), pétri de bonnes intentions et d'influences sixties très sympathiques, ce premier album éponyme des New Yorkais de…
    Tags: de, c'est, bien, à, on, un, ne
  • 75
    Bon, ok, je sais, elle est un peu facile celle-ci, et on me voit arriver de loin avec mes gros godillots. Mais bon, je pars du principe que des fois, ça fait du bien aux oreilles d'avoir un point de comparaison, mauvais de préférence, un truc à côté duquel les…
    Tags: de, un, on, à, c'est, ne, bien, une
  • 72
    On le sait, pour un groupe, chaque album est meilleur que le précédent, c'est une loi sacrée, une vérité absolue, qui va au-delà de toute subjectivité ou évidence. Pour faire passer le message, l'artiste a, tout comme le journaliste (ou assimilé) tout un panel de mots et d'expressions à sa…
    Tags: de, un, bien, à, groupe, une, ne
  • 70
    La perspective d'écouter un album solo d'un des plus grands et prolifiques songwriters de ces 15 dernières années (on dira ce qu'on veut, Weezer est quand même un groupe sacrément bon et influent) était plus qu'alléchante. Hélas, pas de nouvelle œuvre en vue, plutôt une compilation de chutes de studio…
    Tags: de, un, on, groupe, une, à
  • 70
    Trop vite catalogué comme groupe de pop folk ouvragée pour son premier album, le combo français Revolver a décidé de s'émanciper de cette étiquette restrictive en s'éloignant ostensiblement du son de sa jeunesse. On retrouvera bien sûr ici quelques harmonies vocales et l'ambiance sixties, mais dans une expression beaucoup plus…
    Tags: de, c'est, à, on, groupe, bien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *