PLANTS AND ANIMALS : Jungle

En me retrouvant face à ce nouvel et cinquième album du trio montrealais Plants And Animals, je me rends compte que ça fait un bon moment que je n’ai pas pris de nouvelles d’eux. 10 ans pour être exact, comme me le rappelle avec une pointe d’accusation « La la land » trônant dans mes colonnes à cd. J’ai le souvenir d’un titre en particulier, dont le nom m’avait amusé (« Tom Cruz »), et qui faisait preuve d’un sens rythmique assez redoutable sur lequel un excellent indie rock n’avait plus qu’à poser en équilibre. Le concept de jungle rappelle bien la tribalité du rythme ; allons donc voir si l’album en renferme autant ! C’est le titre quasi-éponyme (« The jungle ») qui nous accueille ; effectivement, s’il est beaucoup moins percussif, beaucoup plus rond et électronique, le socle reste le même. « Love that boy » repose, lui, sur une ligne de basse imparable, et une délicatesse pop désarmante. J’ai un peu plus de mal avec la dansante « House on fire » et ses sonorités volontairement rétro. « Sacrifice » se fait plus rock et psychédélique, avec un gimmick de guitare obsédant qui traverse toute la chanson. « Get my mind » et ses arpèges me font d’abord penser à un Swell, avant de faire entrer les éléments psyché et un rythme sourd ; et si j’accroche moins à la fin du titre, ça reste un moment fort du disque. Surprise, « Le queens » nous rappelle que le groupe est francophone, avec une ballade electro pop sous acides. L’assez classique et douce folk pop « In your eyes » paraît après tout ça presque déplacée, pas très marquante en tout cas. On aurait franchement préféré enchaîner directement sur « Bold », qui marie délicatesse folk pop et envolées psyché grandioses, dans la grande tradition du groupe. Au final, il est très agréable de se promener dans cette jungle, et même si la traversée est faite au pas de course (à peine une demi-heure), c’est suffisant pour se souvenir des raisons qui font qu’on aime Plants And Animals.

Facebook

Instagram

Paroles de l’album

Related Posts

  • 10000
    Le rock psychédélique a le vent en poupe, mais Elephant Stone n’a pas attendu cette nouvelle hype pour s’exprimer au travers du genre. C’est d’ailleurs bien avant la formation de ce groupe canadien que son géniteur, Rishi Dhir, lui a cédé son âme, l’insufflant au sein des High Dials, sa…
    Tags: l, rock, on, bien, plus, se, pop, qu, assez, classique
  • 10000
    Ma dernière rencontre avec Froth date de 2015 avec « Bleak ». J’y découvrai un rock alternatif « guitar-driven » qui naviguait entre plusieurs styles au gré de ses humeurs, baladant assez son auditeur pour qu’il ne puisse pas faire une réclamation pour ennui manifeste auprès des autorités concernées. Et puis, paf, comme le…
    Tags: d, l, pop, on, indie, disque, bien, agréable, c, psyché
  • 10000
    Le psychédélisme a le vent en poupe, et gulp semble bien parti pour surfer sur la vague. De là à les taxer d’opportunistes, il y a un pas que je ne franchirais pas, puisque le duo est formé notamment d’un Super Furry Animals, déjà reconnu pour ces atmosphères perchées. Bref,…
    Tags: l, d, your, love, plus, pop, bien, n, in, cas
  • 10000
    Mimicking Birds est un combo de Portland assez difficile à cataloguer. Il emprunte au folk rock quelques tournures et effets, au prog son côté élaboré sans ses manières précieuses, à l’indie pop son charme délicat. Ce troisième album confirme tout le bien qu’on avait pu penser des américains sur ses…
    Tags: plus, disque, album, s, se, n, d, pop, on, bien
  • 10000
    Vous ne trouverez pas de trace d’une quelconque ligne, d’une évocation du nom de Ben Howard sur Adopte Un Disque. Pourquoi ? Très franchement, je me le demande aussi à la lumière de « Noonday dream », troisième album du trentenaire. Car ceci est l’archétype du disque apaisant, beau, planant, qui fait un…
    Tags: d, disque, qu, folk, pop, l, album, j, paroles, assez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *