PINE BARONS : The acchin book

Bon. Commençons par un peu de culture. « Pine Barons » est un jeu de mot avec « The pine barrens », un bouquin écrit par un certain John McPhee et traitant de l’histoire et de l’environnement de la région d’origine de ce groupe, à savoir le New Jersey. Vous allez me dire ; on s’en fout. Eh bien non ; ça prouve l’attachement de ces jeunes gens à leurs racines (le livre date de 1968), leur connexion à leur territoire. Ils nous présentent ici un premier album chargé à la fois de culture pop, de psychédélisme soft et de goût pour les formats indie (avec une voix qui s’aventure jusqu’à l’emo). « Clowns », qui nous accueille, joue d’ailleurs les mises en bouches déstabilisantes : c’est l’un de ces titres dont on ne sait s’il est très bon ou s’il manque d’équilibre. Malin, le combo enchaîne avec son premier single « Telescope », qui lui est vraiment imparable. Ok, le poisson est ferré. « Chamber choir » et ses guitares volontaires n’auront aucun mal à convaincre à son tour l’auditeur voyageur à prolonger sa halte. « What is mine » fait un grand écart entre powerpop et indie pop… Les onze titres de ce nouvel album ne sont pas forcément tous faciles à digérer, puisqu’on y croise des ambiances bien différentes, entre rêve et réalité, une certaine forme de folie joyeuse, un peu comme si MGMT avait été biberonné à l’indie folk et né un soir de pleine lune. Mais quoi qu’il en soit, ils donnent vraiment envie d’y revenir, car chacun a ce petit grain qui fait pousser des vocations musicales, ce qui est assez remarquable pour un premier opus. Étrange et passionnant !

Site officiel

Related Posts

  • 10000
    J'ai, comme beaucoup d'entre-vous probablement, rencontré Ebbot Lundberg pour la première fois en 2001 avec l'excellent « Behind the music » de son deuxième groupe The Soundtrack Of Our Lives. J'ai immédiatement été séduit par sa délicatesse pop légèrement surannée, son côté ermite allumé. Sa musique, entre pop, folk psyché et prog…
  • 10000
    L'americana semble avoir le vent en poupe, et je ne vais pas m'en plaindre. Plus ou moins folk, plus ou moins graisseux, il ne cesse de renaître sous des formes diverses. Telegraph Canyon, lui, y adjoint des ambiances psychédéliques, du rock, une certaine idée du folk progressif, mais aussi du…
  • 10000
    J'entre dans l'univers de Landshapes par la petite porte, sans rien en connaître. Mais le pouvoir presque hypnotique de cette pochette mi psychédélique mi mystique m'y pousse. Et que dire de ce « Stay » qui débute de la meilleure des façons ce deuxième album ? On y trouve un rythme bien rock,…
  • 10000
    Quand Laurence Galpin alias Laucan s’est relevé de la séparation de son précédent groupe, il n’était pas assez assuré pour assumer ses nouvelles envies musicales. Alors pour éviter de s’exposer au jugement de ses voisins, il a décidé de camoufler sa voix, usant d’un falsetto qui finalement allait (va) assez…
  • 10000
    Je ne vous ai jamais parlé de Om, groupe issu de la nébuleuse stoner qui a peu à peu évolué vers un son plus mystique et "space", et dont j'avais particulièrement apprécié l'album "Advaitic songs". Je ne vous ai pas non plus parlé de Grails, groupe post rock psyché instrumental…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *