PIANOS BECOME THE TEETH : Drift

Je ne me suis jamais penché sur les œuvres des groupes de l’autoproclamée « Wave » de la scène emo screamo américaine, dont Pianos Become The Teeth fait partie. Par curiosité, j’ai lancé « Out of sight », le premier titre de ce cinquième album du groupe, et ça l’a fait, tout simplement. En fait, de screamo, on en trouve pas trace ici, et d’emo, à la lisière du chant. Le titre, qu’on ne saurait qualifier de balade, est un long développement structuré sans en avoir l’air, à l’ambiance assez maussade et au format minimaliste. Mais il est réussi, aussi énigmatique que prenant. « Genevieve », l’un des singles, est bien plus convenu. Il conserve un côté dream rock / post rock, mais aussi une certaine noirceur, et installe une montée en puissance assez typique du genre. « The tricks » surfe à peu près sur la même vague et met une fois de plus en évidence les influences shoegaze / post punk du groupe. « Easy » expulse la tension de l’équation. Les autres la font entrer à nouveau, mais toujours avec parcimonie : le groupe semble avoir profité du confinement pour se transformer, et « Drift » est incontestablement plus introspectif qu’eruptif. Pour moi qui découvre la voix de Kyle Durfey, c’est une évidence : celle-ci sonne plus shoegaze et anglaise que nombre d’autres groupes « du giron ». Bien sûr, ce n’est pas un gage de talent ni de succès, mais ça aide grandement à l’imprégnation. Cependant, « Drift » n’est pas le disque auquel je m’attendais. Ce qui ne m’a pas dérangé de prime abord, mais qui ne m’empêche pas d’être un peu déçu, puisque le shoegaze n’est pas vraiment mon genre de prédilection (non plus), et que ce nouvel opus en est truffé, n’en déplaise aux fans et aux premiers intéressés. Quelques titres sont très corrects, mais j’avoue que ça ne me suffit pas pour l’envisager comme un disque sur lequel me retourner.

Instagram

Facebook

Paroles de l’album

Related Posts

  • 10000
    Ça fait un moment que les San Franciscains sont les rois du blackgaze. Et comme souvent dans ces cas-là, à force de tourner autour du pot, on finit par tomber dedans. Comprenez que « Infinite granite » marque un éloignement certain du black pour se concentrer sur le shoegaze. Est-ce là un…
    Tags: on, l, titre, ne, plus, qu, d, n, a, bien
  • 10000
    C'est de Brooklyn que nous provient cette formation qui ne donne pas du tout dans le hardcore. DIIV mélange plutôt le shoegaze et le rock indé nineties. On y trouve donc de la force, du feeling, de l'émotion. Ça vous fait une belle jambe ? Oui, je comprends. Mais en fait,…
    Tags: ne, a, shoegaze, autres, bien, plus, groupe, titre, hardcore, on
  • 10000
    On pourra éventuellement lui reprocher pas mal de choses, mais en tout cas John Cudlip ne manque ni d'idées ni de persévérance. Si ce “Happening” est le premier album de son projet Launder, il voit le jour après 60 démos. 60 démos ; non, il n'y a pas de “0”…
    Tags: a, bien, rock, shoegaze, become, disque, on, plus, ne, autres
  • 10000
    Il y a quelques années, j’avais jeté une oreille distraite sur « Floral green », le deuxième album de Title Fight, un groupe emo / punk de Kingston (pas en Jamaïque, en Pennsylvanie). Je n’en garde pas un souvenir impérissable. D’ailleurs, vous n’en trouverez pas trace ici. Glitterer est en fait l’émanation…
    Tags: n, a, assez, l, d, punk, groupe, the, bien, emo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.