PHARMAKON : Bestial burden

pharmakon_bestialburden

Je ne connaisais pas Pharmakon avant ce « Bestial burden ». Ce qui est bien dommage tant l’art cauchemardesque de Margaret Chardiet (que j’ai vraiment du mal à qualifier de musique) me parle et me fascine. Ce disque est l’ultime représentation de l’enfer : composé de percussions sourdes, de boucles bruitistes répétitives, de voix utilisée de façon fort peu orthodoxe (toux, éraillements, râles…) et de cris bestiaux, tout ça en même temps, et rien d’autre, ce deuxième album de la jeune new-yorkaise est un véritable repoussoir. « Bestial burden », bien qu’empruntant uniquement au metal des éructations se rapprochant du black, est bien plus extrême que tout ce que j’ai pû écouter depuis des années. Entendons-nous bien ; ce n’est pas un disque que l’on peut aimer. Il n’y a rien ici de plaisant, juste des bribes de mélodies primaires, de la folie et de la douleur. C’est une expérience éprouvante qu’on peut apprécier de s’infliger pour se sentir vivre, ni plus ni moins. Chanceux que nous sommes, nous aurons même droit à une reprise pour le moins inquiétante du « Bang bang » popularisé par Nancy Sinatra, permettant de faire redescendre l’auditeur parmi les « vivants ».

Site officiel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *