PERTURBATOR : The uncanny valley

Perturbator_2016_TheUncannyValley_cover

Versant sale et méchant d’une scène synth wave en odeur de sainteté, Perturbator avait traversé ma route comme un bolide en 2014 avec son « Dangerous days », me laissant globalement convaincu même si je trouvais le disque inégal. Deux ans plus tard, je veux bien entendu me rendre compte par moi-même des progrès effectués par le français. C’est la très tribale « Neo Tokyo » qui ouvre le bal. Morceau uptempo syncopé très classique, elle se révèle une entrée en matière efficace. « Weapons for children » ralentit le tempo et nous plonge dans une ambiance plus gothique mais tout aussi agréable. Clairement, ça commence bien. Pourtant, « Death squad » montre des signes de faiblesse. « Femme fatale » navigue en eaux jazzy, ce qui est très inhabituel et plutôt bien vu. « Venger » remet le cap sur des mers plus electro pop. « Disco inferno » se montre plus féroce et entreprenant, mais c’est la terrible « She moves like a knife » qui achève de nous mettre sur les rotules. Après ça, la très sympathique « Sentient » peut bien nous caresser dans le sens du poil. Je ne vais pas poursuivre l’inventaire, ce serait assez stérile. Tout au plus vous dirai-je que Perturbator signe ici un album beaucoup plus diversifié, s’affranchissant d’une routine rythmique et d’automatismes qui auraient pu lui être fatals, et que c’est une très bonne chose, une chose qui va donner un élan certain à sa carrière et lui ouvrir les portes des bonnes grâces d’un public plus hétéroclite. Bien joué !

Site officiel

Perturbator : Sentient

Related Posts

  • 10000
    James Kent alias Perturbator est un musicien français oeuvrant, tout comme Kavinsky, dans un registre synth pop très eighties. La ressemblance est vraiment troublante, même si l'imagerie utilisée ici est beaucoup plus dark que chez l'auteur de "Testarossa autodrive". Et pas que l'imagerie d'ailleurs ; les sonorités elles-mêmes versent du…
  • 10000
    Décrire le son de Carpenter Brut, beaucoup s'y sont cassé les dents. Pourtant, ce n'est pas si difficile. Le tout, c'est que les personnes en face aient les mêmes bases que vous. Et ça, c'est pas gagné. Bon, alors voilà : Carpenter Brut, c'est Perturbator + Zombi avec une touche d'electro-dark…
  • 10000
    Nouveau venu dans le petit monde du revival synth pop aux sonorités 8-bit, Gunship arrive avec un train de retard mais plein de bonne volonté. Proposant un format plus pop que ses compères Penetrator, Kavinsky et autres Carpenter Brut (dont on retrouve d'ailleurs un remix en fin de parcours), le…
  • 10000
    Poliça est une formation portée aux nues depuis quelques années par la presse musicale indie, et probablement à juste titre. C'est d'ailleurs pour ça que je me décide enfin à en découvrir un album. Alors bien sûr, je ne suis du coup pas armé pour juger de l'évolution du groupe.…
  • 10000
    Bon, ne pas se fier à l'apparence, tout ça, je sais. Mais quand je vois débarquer un disque de chez Victory Records, je ne peux pas m'attendre à ça. Du hardcore, d'accord. Du punk, du ska, de l'emo, passe. Mais une synth pop lorgnant plus du côté pop que du…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *