PERFECT BEINGS : Vier

« Vier », pour les non-germanophones, signifier « quatre ». Pourquoi « quatre » quand le groupe prog de Los Angeles sort ici son troisième opus ? Et bien vu le programme maousse qu’il nous a concocté, « Vier » vaut bien deux albums. Voyez donc ; 18 titres, une heure et quart de musique ou presque. Mais c’est surtout de sa forme qu’il a (m)hérité ce nom : ce disque est en effet découpé en quatre suite distinctes. Bref, on sent bien que derrière tout ça, il y a là un élan créatif, et peut-être aussi la volonté de rassurer les fans après le remaniement assez drastique du groupe (de cinq membres, on est passé à trois, aïe). Et vous savez quoi ? Le pari, assez risqué au demeurant, est réussi. « Vier » est un voyage, que dis-je, une épopée. On y croise les fantômes de plusieurs grands noms du prog, mais ce serait réducteur de tronquer ce disque à une bonne compilation des meilleurs moments de la musique neo savante. Le chant notamment, lui apporte une facette plus humaine et « actuelle ». Ce disque est d’un complexité et d’une richesse… Inutile d’espérer en faire le tour en une ou deux écoutes ; il faudra y revenir, en disséquer tous les recoins. Post jazz, prog eighties, neo prog, musique classique (quelques passages me rappellent les rencontres fortuites de mon enfance avec le genre, Pierre et le loup en tête), il ne s’impose aucune limite. Bien sûr, un disque d’une telle épaisseur peut s’avérer assez indigeste d’une traite. Je ne saurais trop d’ailleurs, et surtout si vous n’êtes pas familier avec le genre (mais alors, qu’est-ce que vous foutez encore là ? Non, partez pas, c’est bien !), de faire une pause salutaire à mi-parcours. Ceci dit, même si le neo prog vous fait peur, vous trouverez ici des éléments qui sauront probablement trouver le chemin de votre âme. Car si j’osais, je n’hésiterai pas à employer des termes moins marqués ; rock expérimental, free rock ? Mais je l’avoue, ce serait de l’arnaque. Entrez donc ici en sachant où vous allez ; ça ne vous empêchera pas d’être surpris, mais c’est à peu près la seule certitude à laquelle vous cramponner pour garder l’équilibre dans ce maelstrom musical très réussi !

Site officiel

Perfect Beings : Annunaki – Patterns of light

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *