PALODINE : High desert hymns

palodine_high

Peu de chances que vous ayez déjà entendu parler de Palodine, obscur groupe américain proposant une musique au croisement du blues rock, de l’americana et de la folk. Pourtant, si vous avez dans votre discothèque personnelle un disque de fin de carrière de Sixteen Horsepower, ou mieux, de Woven Hand, ce groupe pourrait bien vous intéresser. Partis quatre mais vite revenus à la formule duo, Palodine (un noCe disque, le m qui ne veut rien dire, ne cherchez pas) pratique un style globalement assez sombre et mélancolique, même s’il s’autorise à l’occasion quelques percées ensoleillées. Ce disque, le quatrième, ne fait pas exception à la règle. C’est celui d’amoureux de l’americana orageuse, d’artisans qui se font plaisir avant tout. Il y a du potentiel ici. Un potentiel dont on peut regretter qu’il soit parfois sous-exploité, ou mal du moins, comme sur le premier titre « Holly rollers », qui part bien mais ne décolle jamais vraiment, « High horse » qui tourne en rond, « High desert hymns », trop longue (je crois qu’il faut lâcher le « H », j’y vois un signe) et quelques passages plus poussifs et, il faut bien le dire, interchangeables. Mais il y a aussi de bonnes idées et des chansons abouties, de purs moments d’authenticité, où on s’imagine admirer un coucher de soleil sur le desert canyon. Ce qui aboutit à une moyenne plutôt bonne, et à un album qu’on réservera à ceux qui n’ont pas peur de se frotter à la musique de l’amérique profonde.

Site officiel

Related Posts

  • 10000
    Un nouvel album de Woven Hand est toujours une bonne nouvelle. Mais si la folk vénéneuse de David Eugene Edwards a été génératrice de beaucoup de titres exceptionnels, ses fans de la première heure se rappellent forcément avec un petit pincement au coeur de l'urgence et la puissance des débuts,…
  • 10000
    Après un premier album solo plus « guilleret » qu'à l'accoutumée (enfin, toutes proportions gardées, n'est pas Bezu qui veut ...), revoilà David Eugène Edwards, prêcheur en chef de Sixteen Horsepower pour un deuxième épisode sous forme de correction. Car notre homme reprend de nombreux éléments de l'éponyme Woven Hand et y…
  • 10000
    Habité. On pourrait presque dire hanté. Tel est le qualificatif qui vient aux lèvres une fois cette nouvelle oeuvre de David Eugène Edwards terminée. On a beau tout saisir de la portée spirituelle de ces nouveaux titres, être conscients que l'ex leader de 16 Horsepower fait à présent clairement du…
  • 10000
    Après un déjà très réussi "Mosaïc", sombre et épique, j'étais loin de m'attendre à un retour plus rock de Monsieur Edwards avec son projet solo. Car, si le cowboy est capable du meilleur, sa carrière avec Woven Hand est tout de même assez inégale. Bonne, très bonne surprise donc que…
  • 10000
    David Eugene Edwards ne revient pas toujours en très grande forme, mais il a au moins pour lui de ne jamais faire patienter bien longtemps ses fans. Dans la droite lignée de ses précédentes productions, il continue d'explorer le folklore américain, le métissant cette fois encore plus avec les autres…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *