PALEHOUND : A place I’ll always go

Palehound est un trio de Boston mené par Ellen Kempner, qui l’envisageait à ses débuts comme un projet solo. Ce deuxième album sous la configuration actuelle prouve au moins qu’elle y a trouvé à la fois un équilibre et une atèle pour sa créativité. Palehound n’est pas un nom très sexy et sonne plutôt gothic americana. Ce que « A place I’ll always go » n’est pas du tout. On se situe plutôt en territoire indie pop rock, de ces disques bricolés dans un garage, partagés sur un campus, joués devant une foule disparate de potes, famille et personnes de passage. De ces disques qui n’ont l’air de rien mais qui contiennent des titres assez forts pour s’accrocher plus longtemps que prévu dans le lecteur. Allez, je vous lâche des noms : « Hunter’s gun », « Carnations », « If you met her », « Turning 21 », « Feeling fruit ». Soit la moitié de ce disque, le reste n’étant certes pas du même acabit mais courant pas loin derrière. Une demi-heure, ça reste trop court pour s’accrocher vraiment au groupe, à ses tics adulescents, à la voix d’Ellen, encore hésitante, comme mal dégrossie. Mais « A place I’ll always go » fait partie de ces disques sur lesquels on tombe par hasard en se disant que, parfois, le hasard fait bien les choses, et que même s’il n’y a pas de lendemain, un petit plaisir de ce genre ne fait pas de mal.

Paroles de l’album

Site officiel

Palehound : If you met her

Related Posts

  • 10000
    C'est au hasard des sorties que je découvre aujourd'hui ce troisième album de la bande de Kait Eldridge, Big Eyes. Le groupe dit chercher le point de rencontre entre hard rock, punk rock et pop. Force est de constater qu'il est plutôt dans le vrai concernant son auto-catégorisation, et qu'il…
  • 10000
    Après avoir passé quelques temps en Allemagne et sorti un premier album remarqué, Kane Strang est revenu à la maison (Dunedin, Nouvelle Zélande, oui, ça fait un bout de route) pour accoucher de son deuxième disque ici présent, dont le titre m'a assez titillé pour que je lui prête l'oreille.…
  • 10000
    Premier album pour Charles Braud alias Her Magic Wand. Le garçon travaille la pop à l'aide de machines et d'imagination. Le mélange des deux aboutit à un disque à la rythmique bien présente mais assez poétique, évoquant l'électro-pop de M83, la dream pop dans son ensemble et la pop indé…
  • 10000
    Dans la bio d'Aero Flynn, projet très personnel d'un dénommé Josh Scott, ça parle beaucoup de Bon Iver. Poussé par Justin Vernon, l'âme de Bon Iver, épaul par ses musiciens, réédité par son label... ça fait beaucoup. Et je n'ai jamais accroché plus que ça au phénomène Bon Iver. Du…
  • 10000
    Des Ark, c'est avant tout Aimée Argote, une jeune femme compliquée. Enfin, compliquée, je m'avance un peu, je ne la connais pas personnellement, mais compliquée à suivre en tout cas. Car Des Ark, le groupe, est une entité mouvante au gré des envies d'Aimée. Et il faut savoir qu'Aimée (désolé,…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *