PAERISH : Fixed it all

Paerish est un quatuor parisien oeuvrant dans ce qu’il est convenu d’appeler le rock alternatif. Depuis ses débuts autoproduits prometteurs, il a bénéficié d’un certain buzz qui l’a amené à côtoyer quelques belles formations sur scène (Silversun Pickups, Sum 41, Moose Blood), puis à signer chez Side One Dummy pour ce deuxième opus. Pas mal pour des nouveaux venus. Il faut dire que le groupe a des qualités mélodiques indéniables. Il suffit de lancer « Fixed it all » pour s’en rendre compte : toutes grattes dehors, les gars se posent, tranquilles, entre Silversun Pickups, Weezer et Samiam, avec une pointe shoegaze en plus. « Fixed it all » met en avant la volonté du groupe d’être compris, partagé, écouté sans prendre la tête à personne, en envoyant des clins d’oeil appuyés à ceux qui ne se sont jamais vraiment remis du rock des nineties. Et ça marche. Oui, on a déjà entendu ça, c’est certain. Et on aimerait parfois un peu plus de pêche que de sucre ? Mais les titres sont tout de même bien envoyés, et parviennent à faire mouche. Si on se penche sur les paroles, on trouvera pas mal de références pop culture et notamment cinéma : les membres se sont rencontrés dans une école de cinéma – et ça explique aussi la pléthore de clips pour un tel album. A la réécoute (et celles-ci ont tendance à se multiplier étant donné les qualités insidieuses de ce disque), on intègre de plus en plus les 10 titres comme des tubes indies en puissance, dont les guitares tonitruantes sont contrebalancées par le chant presque naïf et les motifs shoegaze. « Fixed it all » évite donc pour moi l’écueil du disque immédiat aussi vite apprécié qu’oublié. Bien joué.

Facebook

Instagram

Paroles de l’album

Related Posts

  • 10000
    Quand on est trois jeunes frères anglais qui montent leur premier groupe, en pratiquant u style à cheval entre rock alternatif et punk rock, je pense qu’on est bien loin de s’imaginer que, quelques années plus tard, une pointure de la trempe de Johnny Marr puisse rejoindre les rangs de…
    Tags: d, pop, on, plus, bien, qu, l, a, rock, s
  • 10000
    Quand on écoute les disques de certains, on se demande ce qu’ils ont bouffé, musicalement s’entend, pour en arriver là. Pour le duo parisien Fantomes (qui, cruel envers les grammar nazi, a volontairement omis l’accent circonflexe), c’est déjà plus évident ; du grunge et du rock alternatif ricain des nineties. Bon,…
    Tags: on, l, plus, ne, s, disque, déjà, c, bien, qu
  • 10000
    Quand on lance l'écoute de ce « Dream or don't dream » en ne sachant rien de Kestrels pour la première fois, impossible de ne pas remarquer la forte concentration d'influences rock alternatif – grunge des nineties. On pense forcément à Dinosaur Jr , Superchunk, Superdrag, Teenage Fanclub, etc. Autant vous dire…
    Tags: on, se, ne, plus, guitares, album, dont, rock, indie, alternatif
  • 10000
    5 ans d’attente entre deux albums pour un groupe bien énervé, c’est long. Et on pourrait raisonnablement se demander si les liégeois de The K. ont craqué le slip. Un indice nous est donné sur la pochette. Ah, mais ils ont des excuses ; c’est que leurs membres aiment bouffer à…
    Tags: on, bien, rock, d, ne, ont, l, disque, membres, c
  • 10000
    Ponctuels, les irlandais. Deux ans après leur remarqué premier album très à l’aise dans la mouvance grunge alternatif nineties qui va bien, les revoilà sous la même configuration (power trio, et surtout, composition inchangée) pour un disque qui va avoir la dure tâche de confirmer le potentiel sans trop se…
    Tags: a, album, se, alternatif, l, plus, rock, ne, qualités, guitares

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.