OUR MIRAGE : Unseen relations

Nouvelle garde de la scène post hardcore / emocore allemande, Our Mirage est un jeune combo formé en 2017 qui sort déjà son deuxième album, après un premier opus très remarqué et partagé. Il faut dire que le style assez épuré et très centré sur l’émotion du groupe le fait facilement basculer du côté des « groupes de musique méchante qu’on peut quand même faire écouter à maman » (remplacez donc maman par petit frère / petite sœur si besoin). Concrètement, Our Mirage fait tout ce qu’on reprochait à des groupes comme Linkin Park il y a quelques années : de la vulgarisation métallique, de la pop metal. Les gros riffs sont là, mais doublés par la voix claire de Timo Bonner, on les remarque à peine. Et quand celui-ci emploie des vocaux plus typiquement core, ça ne choque pas non plus. Piano, arrangements de cordes, emphase par le biais des claviers, jeu avec les silences, toute la panoplie du metal emo est employée pour nous faire plier et partager le pathos des chansons du groupe… et ça marche. Aucune raison pour que ce deuxième album soit boudé pour la simple raison qu’il nous provient d’outre-rhin. Alors oui, les ficelles sont grosses, je suis bien d’accord, c’est taillé pour le placement en bande originale de film ou série, c’est propre et policé, ça ne va pas chercher bien loin pour les paroles et l’inspiration (« ce monde va mal » qu’ils disent… sans blague ?)… Mais bon, c’est assez bien foutu, et globalement, c’est ce qu’on demande à ce genre de groupe / d’album, non ? Si vous cherchez des trucs de fifou, de la technicité à tout va, de la brutalité débridée, vous ne vous dirigez pas naturellement vers la scène émocore, je me trompe ? Alors oui, c’est interchangeable et téléphoné, mais oui, ça fait largement le job, même si on aurait aimé un peu plus de diversité dans le format et le rythme, qui ont tendance à la redite.

Instagram

Facebook

Paroles de l’album

Related Posts

  • 10000
    Jeune groupe du Maryland, Savage Hands sort aujourd’hui un second album metalcore / emocore / post hardcore conjuguant, comme ses petits camarades, énergie débordante et format pop assumé, pondant les titres à chantonner sous la douche comme Jul pond les fautes de français. Oui, je ne peux pas dire le…
  • 10000
    Nova Charisma est un side project mené par Donovan Melero (Hail The Sun) et Sergio Medina (Stolas, Sianvar) étiqueté post hardcore progressif. Un descriptif qui ne s'impose pas vraiment lors de l'écoute de « Diary (don't speak) », superbe ballade indie rock prog porté par une voix androgyne. « Gemini » est un poil…
  • 10000
    Cinquième album pour ce qui reste de Hawthorne Heights. Il faut dire que le groupe n’a pas été épargné par les changements de line-up, du plus tragique (décès) au plus anodin (divergences musicales). Mais ceci a renforcé sa détermination à avancer sur le chemin d’un post hardcore qui s’est petit…
  • 10000
    Thrice a depuis sa création en 1998 parcouru pas mal de chemin, et sorti pas mal de (très) bons disques. Parti, et maintenant revenu, mais pour quoi faire ? Voyageant depuis ses débuts en terre indé, Thrice a été un modèle du post hardcore, a tutoyé l'émo, a joué dans la…
  • 10000
    Avec un nom comme ça, je ne m'attendais pas vraiment, tout en étant bien au courant que j'avançais en territoire emocore, à un bon gros riffs d'entrée et des influences punk / hardcore aussi marquées. Ben oui, neuneu, c'est parce que c'est du screamo, entends-je au fond. Bah oui, du…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *