OSSAERT : Bedehuis

Vous l’avez vu, celui-ci ? Impossible de se tromper : on sent dès la pochette dark et ésotérique à souhait qu’on va se retrouver face à un black metal cru et blasphématoire. Bingo. Ossaert est hollandais et nous sort son premier album le jour de la Saint Valentin. Déclaration d’amour ? Au metal noir, oui, assurément. Mais là où je m’attendais à un truc vraiment basique, bête et méchant, je me retrouve avec quatre titres certes passablement virulents et puant l’underground, mais avec une âme. Noire, déchirée, tourmentée, mais une âme quand même. Celle-ci s’exprime par le biais d’un chant clair utilisé avec parcimonie, rappelant un Anaal Nathrakh, et une charge dramatique au niveau du riffing. Bien sûr, tout ça est noyé sous la saturation et un mixage éreintant, sinon ça ne serait pas drôle. Il ne faudrait pas s’y tromper : si « Bedehuis » emprunte des éléments au post black, ça reste du black pur, avec tout ce qu’il faut pour faire décamper les allergiques. La jolie performance à saluer tout de même ; il s’agit en fait d’un one-man band. Et autant, un barouf pareil orchestré par plusieurs têtes, c’est déjà respectable, et bien, éclot dans un seul esprit malade, ça tiendrait presque du génie… Bon, je m’emballe un peu bien sûr, et le mix finit par donner mal au crâne, mais Ossaert fait quand même preuve d’une science pas à la portée du premier venu ici. Espérons qu’il le concrétise bientôt, et qu’il en profitera pour rompre son pacte avec les vendeurs d’aspirine.

Related Posts

  • 10000
    Étrange, cruel, malsain... On ne sait quel qualificatif donner à cet album des norvégiens de Carpathian Forest. Entre le true black tel qu'on en produisait au début de la seconde vague black scandinave et une musique plus atmosphérique voire expérimentale, avec une utilisation inattendue et atypique du saxophone. Une voix…
    Tags: black, ne, on, metal
  • 10000
    Si vous suivez ce blog avec un minimum d'attention, vous savez que j'ai des goûts assez éclectiques. Pourtant, je dois dire que, depuis ma rencontre avec le genre dans les nineties (ben oui, ça commence à faire les jeunes), un bon petit disque de black metal me fait toujours plaisir.…
    Tags: black, mal, metal, qu'on, https://open.spotify.com/album, bien, d'un, chant, oui, s'y
  • 10000
    Il y a de quoi s'y perdre, alors on va clarifier les choses assez vite : l'Arkona dont on parle ce soir, c'est le polonais, celui qui donne dans le black metal. Donc pas le Arkona russe qui pratique le folk metal. En 2016, le groupe sortait un « Lunaris » assez éblouissant,…
    Tags: on, black, se, qu'on, metal, titres, dès, pur, reste, d'une
  • 10000
    Nydvind est une formation française de pagan metal, formé en 2000 et qui pourtant ne sort ici que son troisième opus. Ces gens sont donc de ceux qui préfèrent prendre leur temps pour produire une musique qui satisfera pleinement ses exigences. Tant mieux. Dans ses rangs, on trouve aussi un…
    Tags: on, ne, metal, titres, seul, vraiment, se, mal, charge, black
  • 10000
    En 2014, avec « Conjuring the dead », Belphegor avait placé la barre très haut. Ce onzième album n’a donc tout simplement pas le droit de décevoir les fans des autrichiens. Comme c’était très prévisible, le style du combo s’enfonce encore plus dans les méandres du death metal ; un son toujours plus…
    Tags: album, impossible, mal, titres, donner, metal, black, autant, dark

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *