OCTAVE NOIRE : Monolithe

Une rencontre, ça tient à pas grand-chose. L’annonce de la sortie de cet album d’Octave Noire m’a été faite par mail. Un mail que j’ai laissé traîner longtemps, lu à moitié. J’ai donc complètement loupé deux éléments essentiels, qui auraient pu, qui auraient du me convaincre immédiatement de l’écouter, ce disque ; la présence de Dominique A et de Arm. En fait, ce qui m’a poussé à lancer l’écoute, c’est… le pseudonyme de son auteur. Il y a quelque chose de beau et de tragique à l’oeuvre ici… Et apparemment, chaque titre de ce deuxième album de l’artiste y est perméable, puisque c’est bien cette équation qui les définit le mieux. Octave Noire écrite des chansons, et ça, beaucoup d’autres le font déjà. Mais Octave Noire a surtout un don pour les arrangements. Il enrobe chaque titre d’electro savante, de dramaturgie orchestrale grandiose, et d’efficacité pop. Ça fait déjà une bonne partir du disque. Les invités ? Oui, ça peut jouer aussi. Je retiendrais en particulier la performance d’Arm, remarquable, comme à son habitude. Mais surtout, Octave Noire a un talent éclatant. Ses textes tiennent de la poésie autant que de la nouvelle, et sont un atout indéniable. Mais surtout, on se plonge dans ses titres avec délice : « Los Angeles », « J’ai choisi », « Monolithe humain », « L’avalanche », « Inland sea », soit la quasi-totalité de l’album, sont des hits immédiats. Je ne devrais pas me prononcer pour l’instant, mais de là où je me trouve, avec juste ces quelques semaines passées en 2020, je dirai qu’il s’agit probablement de l’un des disques les plus passionnants de chanson française qu’il me sera donné d’entendre dans les 10 prochains mois. Et ça, c’est pas rien. Très belle découverte !

Instagram

Facebook

Related Posts

  • 10000
    Codé ? Certes, les textes d'Arm n'ont jamais été limpides, l’homme étant peu enclin à ouvrir son âme aux autres, préférant laisser planer le doute sur ses pensées et intentions, tout en soignant la forme qu’il donne à ses proses. Codé. Il pourrait être question de ses tracks, ici encore plus…
    Tags: on, plus, se, titres, disque, ne, bien, oui, longtemps, arm
  • 10000
    Ah, le conditionnement et son pouvoir... Non, stop, il n'est plus à démontrer. Mais l'auto-conditionnement, on en parle ? Bon, tout ça pour dire qu'une fois encore, j'ai failli agir comme un bon gros blaireau à la lecture de la présentation de ce disque. Il faut dire que le terme « chanson…
    Tags: plus, me, bien, j'ai, chanson, a, française, cette, déjà, album
  • 10000
    Improbable. C’est le mot qui m’est venu à l’esprit à l’écoute de « J’aimerais », premier titre de ce premier album de la suissesse, française d’adoption Charline Mignot avec son projet Vendredi Sur Mer, au nom déjà improbable. Alors qu’est-ce qui a guidé mon jugement, me demanderez-vous ? Et bien, Vendredi Sur Mer,…
    Tags: a, me, ne, y, disque, bien, talent, longtemps, facebook, https://open.spotify.com/album
  • 10000
    Magali Cotta est née au sein d’une famille très sensibilisée à l’art sous toutes ses formes. Elle apprend très tôt le piano, a accès à des tas d’univers musicaux différents, embrasse tôt une carrière de comédienne, et a donc tout le temps nécessaire de mûrir ce qu’elle souhaitait faire. Ce…
    Tags: s, a, titre, titres, electro, ne, plus, bien, disque, on
  • 10000
    Ceux qui, comme moi, ont découvert et succombé à Thomas Azier à l’occasion de son opus précédent, « Rouge », savent que le jeune homme est capable de grandes choses. Mais aussi que c’est un enfant de la pop, et que ça donne parfois à ses compositions une couleur « variète » qui peut…
    Tags: on, se, ne, bonne, bien, complètement, me, titres, l'album, s

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *