OBSCURA : Omnivium

obscura omnivium

Honte sur moi, je suis totalement passé à côté du premier album d’Obscura, pourtant (apparemment) un chef d’œuvre de death progressif, encensé par la presse internationale. Il faut dire qu’en terme de metal extrême, ce n’est pas vers l’Allemagne que se tourne le plus souvent mon regard. Bref, trêve de mauvaises excuses, me voici donc en face d’« Omnivium », deuxième acte (ou troisième, le tout premier, sorti dans une confidentialité complète, venant d’être remasterisé et sorti du placard) de ce quatuor. « Septiagint » déboule, et je suis déjà sous le charme ; parties acoustiques, grunts, voix death se rapprochant de celle de Michael Stanne, technique irréprochable, et basse bien sonore, le titre est plutôt long (plus de 7mn) mais passe comme une lettre à la poste. Les autres ne sont pas en reste, même si « Ocean Gateways » est un peu en deçà avec son côté plus balourd. A part cette petite faute de goût bien vite éclipsée, « Omnivium » est une tuerie du début à la fin, monstrueux de technicité, de virtuosité et de feeling. Compromis parfait entre techno-death old school, revival death à la Dark Tranquillity de « The Gallery » et death moderne hyper-technique, Obscura a vraiment tous les atouts pour s’installer durablement au panthéon des meilleurs formations du genre. Ajoutez à cela leur effort pour se démarquer encore un peu plus (voix claires vocodées ou plus gothiques ça et là, amenant une ambiance plus étrange), et vous tenez là un futur classique, un disque complexe, brutal et intelligent, mais jamais fatigant. Enfin, sachez que sur la version deluxe de l’album, vous trouverez une reprise du « Concerto » des trop vite oubliés Cacophony, exécutée (on n’en doutait pas) de main de maître. Quel talent !

Paroles de l’album

Site officiel

Related Posts

  • 10000
    Abysmal Dawn sont de parfaits étrangers pour moi. Par contre, leur musique a des accents très familiers : il semblerait qu'on ait pas mal écouté un groupe comme Bloodbath avant de composer cet "Obsolescence", qui rappelle également le "Gateways to annihilation" de Morbid Angel. Si le premier titre démarre très…
  • 10000
    Les polonais de Vader oeuvrent dans le death metal brutal et efficace depuis plus de trente ans. Mais à la différence de nombre de ses collègues, le combo a été touché par la grâce ; pas un seul mauvais disque n'est sorti de ses fourneaux, jamais. Alors inutile de chercher…
  • 10000
    Quoi ? Encore du death metal ? Ah ben non, vu les looks des zigues, ça ressemble plus à du hard ou du heavy des familles ; cheveux longs, ceintures à clous, torses apparents... Et effectivement, une fois l'intro passée, un cri qui nous ramène à l'époque de Motley Crue…
  • 10000
    Alors que le légendaire Ihsahn reste désespérément muet, l'autre moitié d'Emperor, Zyklon (alias Samoth, Trym + deux membres de Myrkskog) remet le couvert pour un second banquet atomique. Si on y retrouve encore quelques plans et automatismes comparables à ceux de la gloire Norvégienne, la musique du groupe s'oriente de…
  • 10000
    Pyrexia est une formation américaine formée de cadors du death (Malevolent Creation, Insatanity, Catastrophic) qui pratique un deathcore classique et efficace. Les deux éléments (hardcore et death metal, pour les néophytes) sont si bien agencés que l'on ne saurait dire lequel a débordé sur l'autre. Les rythmiques et la scansion…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *