NOCTEM : Exilium

Noctem_Exilium

Ce nom me dit quelque chose… Ah, mais oui, j’avais déjà croisé les espagnols par le passé. Pourtant, je n’en ai pas gardé un souvenir impérissable. Alors forcément, l’assez grandiose « Enuma Elish » introductive, rappelant (mais peut être un peu trop) Septic Flesh me pose question. Et quand la suite débarque, je me demande si j’ai bien affaire au groupe de black de seconde zone que je connaissais. Car ici, c’est bien de death black qu’il s’agit. Sauvage, haineux, pas si banal que ça puisque faisant ça et là appel à des influences plus pagan (des parties dark folk) ou à des gimmicks plus black atmosphérique. Mais surtout, surtout, « Exilium » est extrêmement bien composé et exécuté, chaque riff fait mouche, chaque soubresaut est réfléchi et tombe à point nommé, et je n’attendais pas du tout une telle qualité de la part de Noctem. Comme quoi, on peut évoluer de façon incroyable… Bon, pour nuancer un peu mes propos, je pourrais dire que s’il est très bon, ce disque se rapproche quand même de pas mal de grand noms du genre, piochant par ici du Septic Flesh, là du Behemoth, du Belphegor, un peu de tout, on mélange, et on ne peut pas se tromper. Sauf que ça marche, et pas qu’un peu ! Alors peu importe qu’on ne sache pas déterminer si ça relève de la personnalité ou de l’application scolaire, on se contentera juste de profiter de cette tuerie, sans penser au lendemain !

Site officiel

Paroles de l’album

Noctem : The adamantine doors

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *