NINKHARSAG : The dread march of solemn gods

Parti seul en 2009 pour honorer non ses ancêtres, mais ses modèles musicaux, Paul Armitstead s’est vite entouré d’une joyeuse bande plutôt fidèle (assez peu de mouvement de line-up depuis 2011) pour se lancer plus sérieusement et mieux armé dans l’aventure old school black metal. Ninkharsag arpente donc depuis les cimes enneigées des fjords, dégainant un black cru, froid, haineux et hautement mélodique de son fourreau. Est-ce que ça suffit à pourfendre les auditeurs avides de nouveautés ? Question épineuse. Qualitativement parlant, on est bons. Les neuf titres de « The dread march of solemn gods » font parfaitement leur taf, enchaînant les riffs acérés et les mélodies glacées, plaçant ça et là quelques influences thrash, alternant mid-tempo et accélérations pied au plancher, dans la grande tradition scandinave, entre Dissection, Setherial et Emperor. D’ailleurs, rien qu’à l’artwork, ça se voit, non ? Et il est là, le bémol. Tout correspond à ce qu’on s’attend à écouter. La pochette, les paroles, la musique, même le logo du groupe et son nom. Ah. Et c’est grave, docteur ? Ben, ça dépend comment vous êtes lunés. Si vous arrivez en mode nostalgique, en manque du genre qui vous a fait vibrer dans le passé, vous pourriez bien considérer ce deuxième album des anglais (oui, ce sont des gens qui aiment prendre leur temps pour bien faire les choses) comme un joyau noir. Si en revanche vous passiez dans le coin à la recherche de quelque chose de neuf, une pousse fraîche en terreau metal extrême, vous allez vous ennuyer ferme. Pour ma part, ayant cerné le disque avant même de le jouer ou de lire une ligne sur le groupe, je penche plutôt du premier côté.

Facebook

Instagram

Paroles de l’album

Related Posts

  • 10000
    Ils sont anglais mais jouent comme des scandinaves, ont un nom à coucher dehors comme des scandinaves et sont signés sur une boîte anglaise qui a fait sa réputation en signant des scandinaves. Là, vous vous dites que je vais vous servir un énième album black intense et brutal. Et…
    Tags: album, of, bien, a, ninkharsag, metal, black
  • 10000
    Ou comment revenir sur l'un des albums fondateurs du metal extrême contemporain grâce à une excellente réédition. Car Dissection n'est pas un groupe de plus, c'est le groupe fondateur d'un genre, le dark metal, subtil mélange entre death et black, à la fois violent et mélodique, instantané et recherché, tout…
    Tags: groupe, plus, l'album, dissection, metal, album, of, the
  • 10000
    30 ans que les suédois de Necrophobic bûcheronnent sur leurs instruments pour sortir de solides albums de death black thash metal. Il faut le dire : les gars ne sont pas toujours très imaginatifs, assez vieille garde concernant les visuels (la pochette de « Dawn of the damned » ressemble comme deux face…
    Tags: the, of, plus, d, qu, musique, bien, paroles, genre, riffs
  • 10000
    Oui, on peut s’attendre, avec un tel patronyme, à se coltiner un groupe de gothic metal pour petits coeurs qui saignent, en mal de Twilight. Mais si les coeurs saignent ici, c’est qu’ils ont été arrachés des poitrines par les riffs acérés de Black String (on trouve ça sexy ou…
    Tags: on, l'album, black, bien, qu, c, thrash, metal, titres, groupe
  • 10000
    Le polonais MGLA (ce n'est ni le nom raccourci de Madonna ni l'acronyme de la dégénérescence maculaire) a, depuis ses débuts, connu une fulgurante progression, et une mise en lumière impressionnante. Il faut dire que le black metal du combo fait le lien entre revival black à la scandinave (avec…
    Tags: black, a, plus, titres, riffs, entre, metal, of, on, dissection

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.