NINKHARSAG : Blood of celestial kings

ninkharsag_bloodof

Ils sont anglais mais jouent comme des scandinaves, ont un nom à coucher dehors comme des scandinaves et sont signés sur une boîte anglaise qui a fait sa réputation en signant des scandinaves. Là, vous vous dites que je vais vous servir un énième album black intense et brutal. Et vous n’avez pas tort. Quelque part entre Setherial et Dissection, « Blood of celestial kings » ne fait ni dans la finesse ni dans la dentelle. Oh bien sûr, tenir un tel mélange sur un album, aussi court soit-il (ici, 9 titres sont expédiés en une demi-heure) demande une bonne dose de maîtrise ; pas question de mettre une note à côté, de foirer une mélodie, de sortir une ligne de chant à demi-haineuse. Tout doit être carré dans une entreprise de ce genre, et tout l’est. Rien à jeter sur ce premier album, qui a le défaut de ses qualités : il fait « aussi bien que », ni plus, ni moins. Ce manque d’originalité le catapulte hélas dans la caisse des bons groupes sans identité à surveiller jusqu’au deuxième album. Enfin, s’ils survivent jusque-là !

Site officiel

Related Posts

  • 10000
    Revoilà nos poètes préférés, après un “Hell Eternal” tonitruant dont les lacérations tatouent encore nos tympans. Et dès le premier titre, c’est une évidence : Setherial n’a pas encore craqué pour la musique lounge. Une baisse perceptible du tempo, certes, mais une véhémence toujours omniprésente qui ne nous laisse souffler…
  • 10000
    Trois ans après un « Sworn To The dark » qui marquait un virage vers plus d'efficacité et de brutalité, Watain nous revient avec un album tout aussi heavy mais plus varié et moins évident. On peut également y percevoir un côté progressif plus prononcé ; Watain, tout puriste du black soit-il…
  • 10000
    Dark Funeral endormi, Setherial en perte de vitesse, rien ou presque ne paraît en mesure de stopper Watain et son "Sworn To The Dark", implacable machine de guerre. Troisième opus maléfique pour ce trio suédois totalement dévoué au malin et à ses sbires. Pas d'effets de manche, pas d'attitude plus…
  • 10000
    Naglfar, que j'ai toujours du mal à orthographier correctement, m'avaient fortement impressionnés avec leur dernier album "Pariah", qui dispensait un sentiment de haine d'une grande pureté, comme seuls des Setherial en étaient capables il y a peu. Et avec ce "Harvest", les suédois confirment qu'ils ne peuvent plus être considérés…
  • 10000
    Helrunar est un groupe allemand pratiquant un black metal pur et dur, s’autorisant uniquement la fantaisie de quelques titres mid tempos. Comme beaucoup de ses confrères, donc. Les influences facilement décelables sur ce premier album ne sont pas non plus très originales ; on pense immédiatement aux premiers albums de formations…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *