NILE : What should not be unearthed

nile_whatshouldnotbeunearthed

Depuis ma première rencontre avec les américains de Nile, en 2002 avec l’illustre « In their darkened shrines », je n’ai pas vraiment laissé de (deuxième) chance au groupe de me séduire. Pourquoi ? Parce qu’il m’a profondément déçu. Le concept du groupe centré sur l’égypte et son folklore m’avait séduit bien avant que j’en écoute une note. Si bien qu’une fois en présence du death brutal et assez pataud du combo, mes espoirs se sont écrasés à en faire un cratère abyssal dans le sol. Pourquoi aujourd’hui alors , Parce que ce soir, j’ai besoin de brutalité, de violence gratuite, et si ça peut être accompagné d’ambiances étranges, pourquoi pas ? Sauf que j’en serais encore une fois pour mes frais. Oui, ok, on peut s’accorder sur le fait que Nile sait de quoi il parle. L’intro de « in the name of Amun », par exemple, est une merveille, et laisse augurer d’un titre sauvage et occulte. Mais le soufflé retombe vite, car comme d’habitude, le groupe ne se sert de ses capacités que comme un gadget. Pas de réelle intégration dans des titres qui peinent à convaincre, rappelant un Morbid Angel, la magie en moins. Oh, oui, Karl Sanders use et abuse des gammes orientales, et l’ensemble du groupe se montre toujours aussi technique et brutal, même s’il sait aussi se faire plus rampant, comme sur la chanson-titre. Mais ça me laisse toujours froid, et je préfère de loin suivre les pérégrinations d’un Orphaned Land ou d’un Melechesh. Certes, parfois, un solo magnifique comme celui de « Evil to cast out evil », ou un instrumental bluffant comme « Ushabti reanimator » me font sortir de ma torpeur, mais une poignée de passages réussis ne parviendront pas à me faire changer d’avis sur Nile. Surestimé.

Paroles de l’album

Site officiel

Related Posts

  • 10000
    J'aime bien Kataklysm. Ce n'est pas le meilleur groupe death au monde, ni le plus original, et certainement pas le plus médiatisé. Mais voilà, les québecois sont bons à ce qu'ils font. Soit du death metal classique et efficace, assez old school sans être trop marqué, et adoptant quelques tics…
  • 10000
    Parce qu'il y aura toujours de la place dans mon cœur pour un bon petit disque de death metal old school, je me devais de jeter une oreille sur ce nouvel et douzième album des suédois d'Unleashed. « Dawn of the nine » met encore une fois la mythologie scandinave à l'honneur.…
  • 10000
    L'annonce de l'arrivée de Nick Holmes, vocaliste de Paradise Lost, au sein du supergroupe de death Bloodbath, a forcément fait grand bruit. Alors ce nouvel album de nos brutes de service est donc un passage obligé pour tout amateur de metal extrême, autant par respect et admiration pour les deux…
  • 10000
    Album-tournant pour Arch Enemy, récemment lâché par sa frontwoman. On sait que ce genre de changement peut très bien être fatal à un groupe, même si celui-ci choisit un successeur dans la droite lignée du précédent, ce qui semble être le cas ici. Sacré pari aussi pour Alissa White-Glutz, ex…
  • 10000
    Les polonais de Vader oeuvrent dans le death metal brutal et efficace depuis plus de trente ans. Mais à la différence de nombre de ses collègues, le combo a été touché par la grâce ; pas un seul mauvais disque n'est sorti de ses fourneaux, jamais. Alors inutile de chercher…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *