NERO DOCTRINE : II – Interitus

Nos cousins germains de Nero Doctrine viennent aujourd’hui nous rendre visite avec un deuxième album sous le bras qu’il serait peu sérieux de bouder. Le combo, né en 2012, a depuis ses débuts navigué entre thrash moderne et death metal mélodique. Rien de bien original là-dedans. Il serait d’ailleurs mensonger d’affirmer que le groupe a été très tôt remarqué pour ses qualités sortant de l’ordinaire, pour sa puissance imparable, pour son charisme exceptionnel. Non. Nero Doctrine est clairement un second couteau. Il n’a pas forcément les facilités de ses voisins, les bonnes connexions, etc. Mais il est opiniâtre. Il est de ceux qui étudient, scrutent, dissèquent ce qui leur plaît chez leurs influences, travaillent d’arrache-pied et parviennent finalement à se hisser à un niveau plus que respectable. Preuve en est ce « II – Interitus » qui en trois quarts d’heure développe un style très mélodique mais non exempt de moments de rage et de désespoir. Je ne sais pas si ce sont mes penchants naturels qui me font l’entendre, mais j’y perçois des influences Disbelief autant que d’autres typées Arch Enemy & co. En tout cas l’ensemble se déguste frais et s’avère extrêmement digeste. Inutile de lutter, chaque titre fonctionne de façon immédiate, retenant l’attention de l’auditeur par son mélange habile de rythmiques obsédantes, riffs puissants et guitares lead démonstratives. Le chant y joue le rôle de fil rouge et la batterie guide les retardataires sur le droit chemin. Bref, un disque à l’efficacité garantie, et un candidat aux plaisirs live évidents. Pas mal !

Site officiel

Nero Doctrine : Plague

Related Posts

  • 10000
    Album-tournant pour Arch Enemy, récemment lâché par sa frontwoman. On sait que ce genre de changement peut très bien être fatal à un groupe, même si celui-ci choisit un successeur dans la droite lignée du précédent, ce qui semble être le cas ici. Sacré pari aussi pour Alissa White-Glutz, ex…
  • 10000
    Depuis huit ans qu’il ne s’était pas exprimé au travers de son groupe Disbelief (du moins avec de vraies compos), on aurait pu croire Jager lassé du subtil mélange de death, thrashcore et sludge – doom qu’il produit depuis la naissance du groupe en 1990. Oh, bien sûr, il a…
  • 10000
    Je vous l’avoue, depuis que j’ai jeté une oreille d’abord distraite puis fascinée sur « Shine », chaque sortie d’un album des allemands de Disbelief est accueillie la bave aux lèvres par bibi. Et si j’ai été quelque peu déçu par le précédent opus, ce « 66 Sick » va faire pencher la balance…
  • 10000
    Après un “Shine” aux titres d’une puissance et d’une émotion rarement égalés, les teutons de Disbelief remettent le couvert avec un “Spreading The Rage” plus thrash mais comportant encore quelques perles et moments savoureux. Pour les profanes, Disbelief, c’est du thrash moderne dans la mouvance Dew-Scented, avec un chant se…
  • 10000
    Bölzer est un nom qui traîne depuis quelques temps dans les milieux branchouille. N'étant pas trop branchouille, je n'y arrive que maintenant. Présenté comme un combo de black / death y compris par les principaux intéressés, il est pourtant bien plus que ça. L'intro très étrange et SF « Uror » nous…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *