NECROPHOBIC : Dawn of the damned

30 ans que les suédois de Necrophobic bûcheronnent sur leurs instruments pour sortir de solides albums de death black thash metal. Il faut le dire : les gars ne sont pas toujours très imaginatifs, assez vieille garde concernant les visuels (la pochette de « Dawn of the damned » ressemble comme deux face paint à celle de « Darkside » et « Mark of the necrogram », et celles de « Bloodhymns », « Spawned by evil » et « The nocturnal silence » ont aussi un certain air de famille), les ambiances (intro orchestrale gothique, puis BPM sauvages) et les paroles (antichristianisme et paganisme), mais ils parviennent sans mal à embarquer les fans du genre avec eux. Comment ? En maîtrisant leurs classiques, pardi ! Necrophobic ne fait rien, ou pas grand-chose, pour s’écarter d’une ligne de conduite déjà suivie par des Setherial, Naglfar et autres Dissection. Mais peu importe puisque sa musique parle pour lui ! Bien sûr, il ne faut pas être trop tatillon ; les riffs ont beau être puissants et efficaces, ils sont interchangeables. Mais là où Necrophobic diffère des autres formations du genre, c’est par ses breaks un peu plus mélodiques, ses soli bien ficelés et sa tendance à intégrer des riffs plus thrash à sa musique. « Dawn of the damned » coche encore une fois toutes les cases, se permettant même de bâtir des titres plus longs que d’habitude sans qu’on y trouve trop à redire. Je sais que je râle souvent sur le manque d’ambition du combo ; inutile ici car le groupe s’en cogne, qu’il a toujours été clair sur son positionnement, et qu’en plus, être capable de pondre un disque aussi impeccable après 30 ans, ça mérite le respect.

Facebook

Instagram

Paroles de l’album

Related Posts

  • 10000
    Revoilà nos poètes préférés, après un “Hell Eternal” tonitruant dont les lacérations tatouent encore nos tympans. Et dès le premier titre, c’est une évidence : Setherial n’a pas encore craqué pour la musique lounge. Une baisse perceptible du tempo, certes, mais une véhémence toujours omniprésente qui ne nous laisse souffler…
    Tags: se, setherial, d, c
  • 10000
    Bon, alors Nordjevel a perdu pas mal de ses membres et a réussi à se reconstruire. Bon, musicalement, ça ne saute pas aux yeux. Enfin, si ; le groupe a encore plus la niaque sur celui-ci, semble-t-il. Sur l’album éponyme en 2016, Nordjevel faisait la démonstration d’un black cru et intense.…
    Tags: ne, a, s, on, y, déjà, d, plus, ambiances, mal
  • 10000
    En 2014, j’avais bloqué sur Blood Of Kingu. Le groupe est désormais mort et enterré, mais son architecte, également derrière Drudkh et Hate Forest (sacré CV) nous revient avec Windswept, qui sans surprise joue dans la catégorie black metal old school à tendance mélodique. Ce premier album respecte scrupuleusement le…
    Tags: the, titres, a, bien, disque, assez, autres, se, metal, groupe
  • 10000
    Parfois, les biographies sont très informatives. Parfois, elles sont complètement superflues. C’est le cas pour celle de Kadaverdisciplin. Sans en lire une ligne, j’aurais pu supposer qu’il s’agissait d’un groupe suédois, dont les sujets de prédilection sont la mort, le chaos et la destruction, et dont les influences ont quelque…
    Tags: qu, death, assez, c, the, d, s, se, a, déjà
  • 10000
    En 2010, « No god, no satan » se jouait de l'imagerie du black metal tout en détournant ses codes purement musicaux, et emportait par la même pas mal de suffrages, dont le mien. Je m'attendais donc bêtement à les retrouver sur le même chemin, la sagesse (pffff) en plus, puisque le…
    Tags: plus, black, se, groupe, ne, death, on, y, disque, puisque

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *