NECRONAUTICAL : The endurance at night

necronautical_theendurance

Comme son nom l’indique, Necronautical entretien un rapport étroit à la fois avec le monde subaquatique et la mort. Et reconnaissez que le black metal océanique, c’est pas courant ! Mais heureusement, les anglais ne proposent pas qu’un concept fumeux. Non. Necronautical (oui, je sais, ce nom…) c’est aussi et surtout un black metal symphonique de premier ordre, à la voilure ample et à la profondeur abyssale. En sept titres ni trop longs ni trop courts, ces voyageurs de l’extrême font preuve d’un respect certain pour leurs aînés scandinaves autant en terme d’orchestration, que dans la brutalité. Un mélange subtil et très bien dosé qui ne noie jamais, et c’est heureux, la voix de Naut, parfaitement à sa place en toutes circonstances. Des influences death (c’est quasiment un passage obligé aujourd’hui) viennent rehausser les ambiances. Les guitares impressionnent par leur puissance et leur précision, les claviers savent se faire discrets quand il le faut, dosant leurs effets (même s’ils sont, il faut le reconnaître, souvent présents), la basse « patauge » à 100000 nœuds… Tout y est. Un titre comme « Nihilartikel » est de ceux qui vous feront reprendre le large, quelque part entre le Dark Funeral de « Vobiscum Sathanas » et le Emperor de « In the nightside eclipse »… Bon, ok, je grossis un peu le trait, mais c’est l’idée. Bref, « The endurance at night » est à la fois intensément violent et assez grandiose. Et si le groupe gagnerait parfois à la jouer plus concis, l’ensemble se tient très bien et force le respect, surtout pour un deuxième album.

Site officiel

Necronautical : Nihilartikel

Related Posts

  • 10000
    Dark Funeral a été l'un de mes groupes fétiches pendant un temps. Son black metal mélodique et violent, profondément satanique, assez grandiloquent mais d'une efficacité sans faille, m'a conquis dès son premier très bon album « The secret of the black arts », et encore plus sur l'exceptionnel « Vobiscum satanas ». et puis,…
  • 10000
    Il est temps de rendre à Cesar (ou à Néron) ce qui lui appartient. A l'heure où le black metal a un peu perdu de sa sulfureuse aura pour entrer dans la composition de sous-genres divers et variés, revenons sur l'une de ses plus belles réussites, l'indétrônable premier album des…
  • 10000
    Trois ans après un « Sworn To The dark » qui marquait un virage vers plus d'efficacité et de brutalité, Watain nous revient avec un album tout aussi heavy mais plus varié et moins évident. On peut également y percevoir un côté progressif plus prononcé ; Watain, tout puriste du black soit-il…
  • 10000
    Dans le petit monde du black symphonique, Carach Angrenn s'est forgé une réputation de tueur avec son premier album. Et puis, avec les suivants, la sauce est un peu retombée, même si le groupe n'a pas vraiment démérité. Voilà le groupe revenir avec ce quatrième album mêlant toujours orchestrations grandioses…
  • 10000
    Ah ouais. Et pourquoi je les connais pas déjà, moi, ceux-là ? Quoi ? Sont voisins en plus ? Mais, euh, depuis quand les belges ont pris du galon comme ça en black sympho ? Non, parce que ce disque, là, il est juste excellent ! Bon, ok, on y entend clairement l'influence norvégienne (Dimmu…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *