NAKED TRUTH : Fight

1988. Quatre mecs, black accessoirement, et venus d’un peu partout aux states (Detroit, Harlem, Los Angeles, Savannah) se réunissent pour monter un groupe… de metal. Un choix à l’époque, et encore maintenant d’ailleurs, pas forcément évident ni compris de tous. Certes, les Bad Brains ou Living Colour ont à l’époque déjà ouvert la brèche, mais ils n’ont fait que s’y faufiler. Naked Truth est né, et va vivoter quelques mois… Jusqu’à ce que, coup de bol, l’ex manager des Clash les repère et leur donne un sacré coup de pouce en les faisant signer chez Sony, chez qui ce deuxième album sortira. Hélas, tout ça ne suffit pas à changer le destin du groupe, qui disparaîtra vite de la circulation. Et pourtant, il est bon ce disque. D’entrée de jeu, « The door » marque les esprits ; impossible de classer le groupe si ce n’est dans le metal fusion, qualificatif limite péjoratif pour tout groupe qui aime autant les grosses guitares que tout le reste du spectre musical. Et puis « Tormented world » débarque, et c’est la claque ; les influences death metal et rock s’y mêlent, une basse obsédante en fonds de cale. Puis viennent « Downtown » et son funk, la cinglante « Lovejoy », une « Black » qui préfigure le « Liar » de Rollins Band, la plus classique « Read between the lines » déjà sortie sur un ep, l’excellente et funk rock « I am he ». La mutante « Fight » prend le relai, puis c’est au tour de la groovy « Telepathy ». « Third eye spy » remet un coup d’accélérateur, plus proche d’un thrash fusion. Enfin, « Red river » clôt ce chapitre de l’histoire du groupe avec un titre plus subtil entre rock et metal fusion, un peu plus classique dans la forme mais vraiment très réussi. Alors pourquoi ce disque a-t-il été snobé ? Je l’ignore toujours. Mais il est temps de réparer cette injustice !

Playlist

Site officiel

Naked Truth : Black

Naked Truth : Read between the lines

Related Posts

  • 10000
    Les Bad Brains ou le premier groupe à pratiquer le crossover punk hardcore – metal, à être composé de blacks uniquement et à associer le rastafarisme à tout cela. Non, ce n’est pas une blague. HR et sa bande, non contents d’être reconnus comme référence par le mouvement punk, ont…
  • 10000
    Quelques années après sa mort, on en finit plus de chercher les héritiers de Zappa. Quelques mois après leur reformation, on guette les traînées de génie de Faith No More, celles-là même qui génèrent de jeunes pousses prometteuses. Voici aujourd'hui que ces recherchent se croisent et convergent là, sous nos…
  • 10000
    Là, je suis scié. Scié que ce soit Relapse qui m'envoie dans les esgourdes un combo de la teneur musicale de Pinkish Black. Car de metal, il n'en est pas vraiment question sur ce troisième album du duo. Certes, la musique du combo est assez sombre, et on perçoit ça…
  • 10000
    Je dois dire que ce nouvel album du grand Saul me fait autant envie que peur. Parce qu'après avoir accroché l'oreille sur ses deux premiers albums, le bonhomme faisait tout et son contraire, et se faisait une orgie stylistique et scénaristique qui finissait par donner le tournis. Ah, les artistes !…
  • 10000
    A huit ans sonnés, les Lillois de Ace Out ont décidé de frapper un grand coup. Un premier album en tant que cadeau d'anniversaire aux fans qui les suivent depuis leurs débuts assez neo-metal, c'est une délicate attention. Surtout lorsqu'il se pare de telles pépites que ce "Sweet sweat songs…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *