MYRKUR : M

myrkur_m

La voilà, la suite des aventures de la danoise Myrkur que j’appelais de mes vœux en septembre 2014 ! Sur son premier ep dont la chronique n’est pas très loin d’ici, elle mélangeait sans vergogne heavenly music et black metal. Une mixture hautement addictive de par son originalité autant que par l’effet hypnotique de sa fascinante dualité, qu’on pourrait presque qualifier de dichotomie tant le pur et l’impur y cohabite de la plus belle des façons. Sans surprise, on retrouve ces constituants du son de l’artiste ici. « Skogen skulle do » démarre d’ailleurs l’album de la même façon que « Ravnens banner » en son temps, par une mélopée douce et mélancolique. Qui mue bientôt en neo médiéval grandiose, avant que débarque un cri rauque, le riffing cru du black…et puis tout s’amalgame…et finit par un passage dark ambiant chaotique et industriel. Pas simple, tout ça. On retrouve par la suite un peu plus de classicisme, mais « M » reste plus complexe que son grand frère. Les influences thrash des riffs y sont plus prononces, l’étrangeté y a pris ses marques, une certaine forme de doom y règne, et au final, tout s’imbrique de façon plus subtile mais moins naturelle que sur son prédécesseur. Et si ces onze titres tiennent tout de même la dragée haute à bien des formations pseudo post black, on en ressort moins immédiatement conquis. Toutefois, l’envie d’y retourner est là ; on sait qu’en creusant un tout petit peu plus, on peut basculer du 7 au 8 facilement. En tout cas, on suivra avec attention la carrière de Myrkur, sentant ici un potentiel jusqu’ici effleuré…

Paroles de l’album

Site officiel

Myrkur : Onde born

Related Posts

  • 10000
    "One-woman band". Le terme a certainement déjà été utilisé pour parler de metal. Mais de black metal, ça, c'est moins sûr. Certes, des groupes de filles dans le metal noir, il y en a déjà eu, mais là, je trouve qu'assumer le poids d'un projet musical seule dans un carcan…
  • 10000
    Ah ben ça, ça me rajeunit pas. Golden Dawn est une formation autrichienne (enfin, un one-man band) qui dans les nineties s'était démarqué avec son album de black atmosphérique "The Art of Dreaming". Après ça, un deuxième album un peu foiré, et puis plus rien. Alors, moi comme les autres,…
  • 10000
    Derrière un nom à coucher dehors, des dégaines de moines maléfiques et une pochette qui évoque plus la solitude ou l'enfance maltraitée se cache l'un des plus flippants et donc excitants exercices de black metal de ces derniers mois. Car oui, c'est vrai, j'aime le black sombre et orchestral, à…
  • 10000
    Premier contact avec le one-man band américain Panopticon pour moi. Je dois avouer que j'ai toujours une certaine appréhension à écouter un disque de black metal américain ; pour moi, nos voisins d'outre-atlantique ont toujours eu du mal à saisir l'essence du style, l'appréhendant trop souvent au travers d'un prisme…
  • 10000
    Groupe américain remarqué en 2011 avec son troisième album "Celestial lineage" qui oeuvrait dans le black metal atmosphérique, pour ne pas dire ambiant, Wolves In The Throne Room revient trois ans après avec une étiquette de challenger magnifique sur la scène black. Mais voilà, le duo a vite fait avec…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *