MY AUTUMN EMPIRE : Dreams of death and other favourites

Dreams_of_Death_and_Other_Favourites_-_Cover

My Autumn Empire, c’est Benjamin Thomas Holton. Et Benjamin, ce qu’il aime, c’est la musique qui fait rêver. Non, on ne parle pas de trance, mais on est bien en revanche en terrain progressif. Du progressif contenu, délimité par les frontières d’une folk intimiste et mélancolique, mais du progressif quand même. Il faut dire que le monsieur est aussi derrière Epic45, qui lui aussi s’affranchit largement des barrières de sa pop indé en lui injectant folk, prog, électro, post rock et neo classique. Et là, les connaisseurs me diront : « mais alors, pourquoi My Autumn Empire » ? Et ben pour être tout seul, peinard, le patron quoi ! Bien. Maintenant que ces questions d’usage sont réglées, explorons plus avant ce quatrième album. Hum, quoi ? Oui, je sais, je n’ai pas dit qu’à la base, My Autumn Empire s’est nourri des chutes de studio d’Epic45, et que leur line-up de concert est le même, et alors ? Ok, on a donc ici un disque au titre long et vaguement poétique, dont le contenu est comparable à celui de la maison-mère. Tout ça n’a pas l’air très intéressant ni original. Et pourtant lancez donc « The following ». Sa folk fantomatique et ampoulée, qui me rappelle les nordistes Pink Nicotine, est une petite douceur à laquelle il est difficile de résister. « Death song » et « Forcefield » se font plus intimistes et sombres, mais peinent à convaincre. Heureusement on repart sur des bons rails avec « Black shape », plus travaillée et originale. « The beautiful golden Y » renoue avec la sobriété, mais le fait de façon plus intelligente. Hélas, « Garden echoes » et ses suivants repartent dans la mauvaise direction, celle de la redondance et de l’ennui. Bon, si on fait le bilan, on a donc pas grand-chose d’exceptionnel ici, et c’est bien dommage étant donné le pedigree du bonhomme et le très encourageant premier titre. Peut-être une prochaine fois ?

Site officiel

My Autumn Empire : Death song

Related Posts

  • 10000
    Huit ans déjà que quelques lillois fans de rock psychédélique, réunis sous la bannière de Pink Nicotine, traversent la région de long en large pour faire découvrir leur musique onirique et planante. Mais voilà, cela pourrait bien s'arrêter ici. Non, le groupe ne se sépare pas ; il a tout…
  • 10000
    Perdus de vue quelques années, les lillois de We Are Toxic (dont certains officiaient auparavant dans le non moins génial Pink Nicotine) ont sorti en 2013 cet album toujours nourri de rock progressif et psychédélique, aux titres plus courts et percutants, mais gardant toujours cette couleur 70's sans que l'ensemble…
  • 10000
    Décidément, Midlake a quelque peu de mal à se stabiliser, autant musicalement qu'au niveau de son personnel. Après avoir tutoyé le jazz puis la folk, et avoir perdu son leader en fin d'année 2013, le groupe poursuit sa route en explorant le rock progressif et psychédélique sur ce nouvel album…
  • 10000
    Voilà un groupe dont on entend pas parler ou presque dans nos terres, et pourtant géniteur d'une discographie fort intéressante et d'un genre à mi-chemin entre rock indépendant et rock progressif, foisonnant d'idées et ayant développé un univers bien à lui depuis sa création en 2005. Car ce « Act IV »,…
  • 10000
    Helfir, c'est Luca Mazzotta avant tout, puisque c'est son projet « solo » me dit-on. Ben ça me fait une belle jambe les gars, parce que ne connaissant pas les projets de groupe du gusse, qui ne sont d'ailleurs pas stipulés sur la bio du label, je ne vais pas en faire…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *