MURDER BY DEATH : Big dark love

murderbydeath_bigdarklove

J’ai aimé Murder By Death. Je l’ai aimé pour la singularité de sa musique, rock indé infusé au country-punk et au gothabilly, pour sa noirceur et son cynisme, pour la rage peu contenue de ses compositions, pour la voix reconnaissable entre mille de son leader. Mais comme souvent lorsqu’on aime, j’ai été trahi. « Good morning, magpie » , le précédent effort du combo, l’amenait sur des terres plus ensoleillées et fertiles, au sein d’une saison plus propice au bonheur. Et que voulez-vous, moi je ne voulais pas qu’il change, je le voulais amer et revanchard comme au premier jour. J’ai donc, et peut-être ai-je eu tort, coupé les ponts, suis parti sans regarder en arrière. Et aujourd’hui, voilà que je me laisse attendrir par un message lapidaire : « Big dark love ». A peine plus d’une demi-heure, 10 titres, de quoi penser que le combo a décidé de frapper vite et fort. Mais l’écoute de ce 7e album va s’avérer déstabilisante. « I shot an arrow », assez flamboyante, joue la carte d’un rock sombre mais arrondi aux angles, ni décevant ni pleinement convaincant. « Strange eyes » est un titre de transition, l’un de ceux dont on ne retient rien une fois la dernière note éteinte. D’autant plus que la chanson-titre, ballade fiévreuse néo gothique, renoue plus avec les démons du passé et s’avère très réussie. Repartis sur de bonnes bases, on apprécie mieux un « Dream in red » qui rappelle The Builders And The Butchers par son côté dark americana meets folk rock. « Solitary one » est un peu trop facile mais fonctionne pas mal, mettant des cuivres en avant. Et le reste dans son ensemble fait dans le classique et oubliable. Triste bilan quand même, celui d’un disque qui aurait pu être écrémé de moitié et se transformer en un très bon ep. Je crois que mon histoire avec Murder By Death est bien finie…

Paroles de l’album

Site officiel

Related Posts

  • 76
    Quatrième album pour Murder By Death, et premier chez Vagrant, qui ne s'est pas trompé en signant ces très talentueux adeptes du country punk. Ce disque fait vraiment le lien entre Nick Cave, Johnny Cash et Sixteen Horsepower. Dès le premier titre, « Comin' Home », gothique en diable, on…
    Tags: de, un, plus, murder, death, by, indépendant, rock

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.