MOUNTAIN BIKE : Too sorry for any sorrow

Si « Too sorry for any sorrow », deuxième album des bruxellois, débute par un « Future son » à la fois décontracté et mélancolique qui pourrait rappeler un Pedro The Lion plus léger, il faut poursuivre l’écoute un peu plus avant pour entrevoir le potentiel pop garage du combo. Je suis, comme beaucoup, passé totalement à côté de son premier album éponyme il y a trois ans. Et pour être franc, j’ai failli en faire de même avec celui-ci. Ce qui m’a titillé ici, c’est le côté très indie pop ricaine du groupe, cette distance à lui-même qu’il semble arborer en toutes circonstances. Et puis, en creusant, oh, même pas très profond, on en vient à apprécier ce grand écart très bien géré entre poppisme classique et rétro et influences directement héritées des nineties outre-atlantique. Oh, certes, ça a ses limites, et « Too sorry for any sorrow » s’arrête sur le chemin entre bon disque et disque indispensable. Mais quand même, il reste une sortie très valable, d’autant plus dans un genre qui n’est pas très répandu en Europe.

Site officiel

Moutain Bike : This lonely place

Related Posts

  • 10000
    Derrière le groupe californien The Molochs, il y a surtout Lucas Fitzsimons, auteur – compositeur – interprète à la coupe de playmobil et au look de cousin machin, celui qui continue de ne jurer que par le rock anglais d'il y a 40 ans. Et ça s'entend dès l'entame de…
  • 10000
    Duo féminin venu du pays de l'autre poutine, The Pack A.D. joue depuis 10 ans un garage rock très punky. Et n'a pas chômé depuis 2006, car « Positive thinking » est le sixième album du groupe. Ce côté stakhanoviste accolé au genre pratiqué pourrait laisser croire que « Positive thinking » a été…
  • 10000
    Mrs Magician n'a en fait pas grand-chose d'une demoiselle. En revanche, son côté magique frappe dès le premier titre de ce deuxième album. « Phantoms », son riff imparable, son ambiance très The Coral, sa durée parfaite (3mn20, ni trop, ni trop peu) sont une introduction parfaite à l'univers garage pop psyché…
  • 10000
    Revenu depuis déjà quelques temps à un format plus pop tout en conservant une exigence mélodique dont il ne s'est jamais départi, Doug Martsch, l'homme derrière Built To Spill, offre au monde ce cinquième album du groupe en 2001. Infatigable artisan d'un rock indépendant qui doit autant aux Beatles qu'à…
  • 10000
    Une voix lointaine, un riff sale et mélancolique, une rythmique caméléon, un refrain emphatique, voici ce qui nous accueille au démarrage de ce deuxième album des angelinos. Et ça part plutôt bien, me rappelant les méconnus Revelino. Mais le groupe change bien vite de direction, et plusieurs fois d'ailleurs. Ce…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *