MORK GRYNING : Hinsides vrede

Le mal dort mais ne meurt jamais. C’est ce que semble nous hurler le groupe suédois Mork Gryning, l’un des fers de lance de la deuxième vague black metal des années 90, absent de la scène depuis presque 20 ans et que revoilà toutes dents dehors, bien décidé à nous faire ravaler notre bulletin de naissance. Et il pourrait bien y arriver. Bien sûr, on pourra arguer que le groupe a choisi la sécurité, en proposant un style qui rappelle bien celui de « Tusen ar har gatt », son premier album paru en 1995. Mais soyons impartiaux ; ce n’est pas parce qu’on essaie de faire quelque chose qu’on y arrive. Or une fois passée l’intro de l’album, « Fältherren » nous plonge avec délice et cruauté au sein d’un album certes classique, mais aussi épique et puissant. Par la suite, Mork Gryning varie un peu les plaisirs en se montrant tantôt plus heavy, thrashy, ou en aménageant des pauses par le biais de jolies interludes (« Hinsides », « For those departed », et l’outro « On the elysian fields »). Mais quoi qu’il fasse, il le fait bien. Et se montre assez malin pour ne pas tenter la course à celui qui sera le plus intense et le plus evil ; à quoi bon ? Alors oui, la coloration (hu hu !) black metal est évidente, mais « Hinsides vrede » conviendra probablement aux amateurs des différents sous-genres de la musique du grand cornu. On y décèlera aussi, en grattant un peu, des influences gothic metal et peut-être même rock. Avec toujours, rassurez-vous, ce son typiquement suédois qui nous régale de bout en bout. Inutile donc de disséquer plus « Hinsides vrede » ; c’est du travail, pas mal probablement, mais du travail d’orfèvre. Toujours aussi doué pour intégrer de la mélodie à son black dark metal, Mork Gryning signe là un retour éclatant.

Facebook

Instagram

Paroles de l’album

Related Posts

  • 10000
    The Great Old Ones n’en est plus à son coup d’essai et s’est déjà imposé comme une valeur sûre du post black / dark symphonique avec son style lovecraftien et ténébreux. Il faut dire qu’en dix ans d’existence, le groupe bordelais a fait des progrès considérables et « Cosmicism » ne me…
    Tags: plus, the, on, ne, black, metal, dark
  • 10000
    Il y a deux ans, je m’étais incliné (une fois de plus) devant l’indéniable savoir-faire des bataves en terme d’orchestrations grandioses et flippantes, mais j’avais aussi regretté (une fois de plus) le manque d’accroche mélodique de l’ensemble. Comme je suis très optimiste en matière de musique, c’est avec de grands…
    Tags: plus, the, ne, peut-être, a, album, black, metal, dark
  • 10000
    Ou comment revenir sur l'un des albums fondateurs du metal extrême contemporain grâce à une excellente réédition. Car Dissection n'est pas un groupe de plus, c'est le groupe fondateur d'un genre, le dark metal, subtil mélange entre death et black, à la fois violent et mélodique, instantané et recherché, tout…
    Tags: groupe, plus, paru, l'album, metal, album, the
  • 10000
    Oui, on peut s’attendre, avec un tel patronyme, à se coltiner un groupe de gothic metal pour petits coeurs qui saignent, en mal de Twilight. Mais si les coeurs saignent ici, c’est qu’ils ont été arrachés des poitrines par les riffs acérés de Black String (on trouve ça sexy ou…
    Tags: on, l'album, black, bien, metal, groupe, se, plus, ne, jamais
  • 10000
    Vanhelgd est suédois, et ça s'entend. Je ne connaissais pas le groupe il y a 5 minutes, mais on y retrouve le son de guitare caractéristique du dark/death metal des 90's, celui des Entombed, Unleashed et Dissection. Mais voilà, là où certains se contentent d'essayer maladroitement de singer un son…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *