MORBID EVILS : Deceases

Deuxième album pour ces originaires de Turku, en Finlande. On le sait, ce pays est assez porteur de désespoir metallique et de déviances stylistiques divers. Morbid Evils, déjà auteur d’un premier album pas franchement mémorable, souffrant surtout d’un son calamiteux et d’un positionnement plus « classique » (tout est relatif, les bases étaient déjà là) s’inscrit donc dans une certaine tradition. Mêlant sludge, funeral doom et death bien gras, il nous présente aujourd’hui un « Deceases » aussi difforme et monstrueux à l’extérieur qu’à l’intérieur. Sauf que cette fois, c’est dans le bon sens. En effet, les six parties de ce disque (bien qu’ayant un titre propre, chacune s’avère être un chapitre du tout) ont quelque chose de profondément dérangeant et fascinant. Si je devais risquer une comparaison facile au niveau du nom, je vous parlerai du Morbid Angel de « Gateways to annihilation » : même feeling funéraire, même obsession pour la lourdeur et les ambiances infernales, voix death profonde et déchirante, et surtout cette façon de faire serpenter riffs et mélodies, de les rendre à la fois sèches et visqueuses. La différence, c’est que « Deceases » a un côté plus insaisissable, plus spongieux et dégoûtant que l’autre. Oh, il est également beaucoup plus marqué doom / sludge, mais ça reste un détail. On pourrait évoquer Blut Aus Nord aussi, et l’influence lointaine d’un Crowbar. Faites le pont entre tout ça et vous trouverez « Deceases », un album difficile d’accès, ancré dans l’underground, dont les quarante minutes en paraissent facilement 65, mais non exempt de richesses. Amis foldingues, ceci est pour vous !

Site officiel

Paroles de l’album

Related Posts

  • 10000
    Abysmal Dawn sont de parfaits étrangers pour moi. Par contre, leur musique a des accents très familiers : il semblerait qu'on ait pas mal écouté un groupe comme Bloodbath avant de composer cet "Obsolescence", qui rappelle également le "Gateways to annihilation" de Morbid Angel. Si le premier titre démarre très…
  • 10000
    Blut Aus Nord a toujours été un cancer pour le metal français, gangrenant peu à peu son entourage, répandant son étrangeté à travers la planète en catimini, effrayant et fatal. Il y a quelques années, alors qu’il délaisse le black metal underground pour se plonger dans quelque chose de plus…
  • 10000
    Blut Aus Nord retrouve ici l’essence du black metal, et l’enrichit de son propre univers, pour faire de « The Work… » une œuvre qui sera peut-être considérée comme visionnaire dans le futur. Un gros travail de recherche et de composition a été fourni ; l’album repose sur l’usage de…
  • 10000
    Je n’ai pas écouté le premier album des hollandais. En revanche, j’ai bien étudié celui-ci, et après avoir lu les déclarations de ses auteurs, je m’interroge quant à sa teneur. En effet, ce « Kwintessens » est sensé être beaucoup plus construit et moins chaotique que le premier. Et laissez-moi vous dire…
  • 10000
    Joyeux drilles fusionnant black, doom, sludge et noise, Indian n'a pas vraiment le profil type du groupe coqueluche de la presse musicale. Et d'ailleurs, ce mélange ambitieux mais d'apparence indigeste n'est que peu relayé par les médias, aussi extrêmes ceux-ci soient-ils. Ce quatrième album changera-t-il la donne ? En entamant…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *