MONUMENTS : In stasis

Le metal progressif et le metalcore unissent de plus en plus leurs forces ces dernières années, tant et si bien qu’il devient de plus en plus complexe de les différencier. Monuments a centré, presque malgré lui de son propre aveu, ce quatrième album sur la lutte à laquelle nous sommes toutes et tous confrontés tôt ou tard dans la vie : celle qui nous oppose au plus féroce adversaire, nous-même. « In stasis » représente, musicalement tout comme dans ses textes, ce combat sans fin dont on ne peut que sortir vainqueur… même si c’est rarement le cas. Le groupe a encore connu des changements de line-up sur lesquels je n’épiloguerai pas. Je m’attarderai plutôt sur les qualités de ce disque. Car il en a. Les gars de Monuments ne cherchent pas forcément à être plus ceci que celà : cet album porte en lui un équilibre entre les deux éléments décrits plus haut. Les éléments metalcore, djent, progressifs et deathcore se fondent si bien qu’ils pourraient presque définir un nouveau style. Mais bon, ne nous emballons pas trop ; finalement, et même si l’ensemble des titres envoie très honnêtement une bonne dose de pâté, on en reconnaît facilement les composantes, aussi bien agencées soient-elles. Mais oui, celles-ci ont été raffinées, affinées, affutées, et le groupe les utilise plus qu’à bon escient : trois écoutes successives sur la soirée, et si je trouve toujours que « In stasis »n’est pas le disque le plus original du genre, je dois m’avouer très impressionné par ses titres impeccables et malins. Et si je ne devais en conserver qu’un, j’opterai pour le final « The cimmerian », monumental !

Instagram

Facebook

Paroles de l’album

Related Posts

  • 10000
    La galaxie metalcore ne cesse de s’étendre de mois en mois, d'année en année. Silent Planet est un groupe qui gravite autour du genre depuis 2009, sans vraiment pouvoir être rattaché à tel ou tel sous-genre. Faute de mieux, on leur a collé l'étiquette « metalcore progressif ». Ce qui, reconnaissons-le, est…
    Tags: ne, on, plus, a, bien, metalcore, fort, disque, album, progressif
  • 10000
    Le combo suédois Eastern High est plutôt jeune (formé en 2015), cependant son deuxième album « Halo » ici présent prouve que l’expérience n’est pas tout ; le talent existe bien. Les deux hommes aux commandes, Ola et Johan Svensson (frères de sang et d’armes) bâtissent un édifice heavy progressif mélodique mais qui…
    Tags: ne, titres, plus, on, bien, album, a, progressif, jeune, metalcore
  • 10000
    J’ai failli vous affirmer fièrement que ce groupe allemand, je le connaissais déjà, pour avoir chroniqué une de leurs premières œuvres en 2007, quand ils faisaient encore dans le metalcore. Il faut dire que ce ne serait pas la première fois qu’on assisterait à un glissement progressif vers un style…
    Tags: on, groupe, plus, titres, metal, a, ne, album, metalcore, amour
  • 10000
    Longtemps en retrait en terme de metal moderne, l'italie a depuis quelques années bien progressé. Prospective, déjà auteur de deux albums remarqués, va une fois de plus nous le montrer. Bon, je n'ai pas eu l'occasion de découvrir « Beyond » et « Unreal ». Mais « Aall we have », en tout cas, m'impressionne. Il…
    Tags: bien, q, metalcore, a, titres, plus, metal, progressif, industriel
  • 10000
    Le nom de Disillusion ne vous dit rien ? Peut-être parce que, il y a dix ans, vous n'aviez pas d'attrait pour le metal progressif protéiforme ? Ah ben oui, parce que c'est le temps qu'il a fallu à la formation allemande pour sortir d'un mutisme qui commençait à devenir pesant. Mais…
    Tags: metal, a, titres, progressif, ne, q, disque, groupe, metalcore, bien

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.