MONOLITHE NOIR : Moira

Quand on prend pour référence un film de Kubrick pour s’identifier et asseoir sa carrière, c’est qu’on a déjà pas mal le goût de l’aventure. Alors même sans connaître le style pratiqué par Monolithe Noir, on se doute que… eh bien, justement, le style ne sera pas forcément aisé à identifier avec justesse. De fait, après être comme beaucoup passé par le rock et ses sous-genres, Antoine Pasqualini, s’il a choisi de s’exprimer au travers de ce nouveau projet dans ce qu’il est commun d’appeler « l’electro », est loin d’avoir l’intention de se cantonner aux poncifs (fluctuants) du genre. Et ça, il suffit de « Lychens » pour en avoir la certitude ; Si la mélodie centrale peut se rapprocher de l’electro, la structure est très prog, l’ambiance psyché. Rupture nette lorsque le chant de Rozi Plain vient habiller « Blinded folded » d’ambiant / trip hop. La beaucoup plus obscure et répétitive « March for nothing » fait encore un pas de côté (même si la base du travail, assez glitch, est la même). Le reste de l’album suivra avec la même aisance à passer d’un style à un autre ; electronica, jazz, ambiant, prog, glitch, trip hop… Certes, « Moira » présente bien une unité, une ambiance sombre commune, mais parvient à la distiller en employant des stratagèmes suffisamment différents pour ne pas causer la routine. Bon, ceci dit, sorti des trois titres chantés (les deux autres ont pour invités Peter Broderick et Elsie Dx), ça reste un disque assez exigeant, drapé dans un minimalisme d’apparat mais une vraie complexité d’écriture, jouant des silences et des ombres aussi bien que des effets classiques. A écouter dans les bonnes dispositions et de préférence en (tout) petit comité, mais à écouter si vous aimez toute la galaxie des héritiers du kraut !

Facebook

Instagram

Related Posts

  • 10000
    S’il était en France, il échapperait à la réforme des retraites ; Hior Chronik, c’est George Papadopoulos, né en 1974 à Athènes (et depuis exilé à Berlin). Le monsieur est un vrai passionné de musique, et a toujours voulu en faire son métier ; ayant oeuvré en radio puis au sein de…
    Tags: a, l, d, on, s, sombre, se, disque, invités, passer
  • 10000
    Après le « 1979 » sorti il y a deux ans, je ne pensais pas que Deru me referait le coup de la sortie passée inaperçue. Raté. Ce disque est même sorti fin d’année dernière, c’est dire si le bonhomme a été vite inspiré. Et pour tout dire, étant donné la noirceur…
    Tags: a, l, d, petit, certes, plus, disque, c, sorti, ne
  • 10000
    Moi qui suis loin d’être immergé dans la culture electro, je découvre juste Djedjotronic avec ce disque, après quelques titres et ep parus chez Boys Noize. L’auteur est, encore, un ex musicien indie qui a lâché la guitare pour les machines. Un profil qui le fait conjuguer des rythmes obsédants…
    Tags: d, l, electro, a, sera, disque, loin, ambiance, minimalisme, bien
  • 10000
    Lorsqu’il se décrit comme pratiquant du « funk industriel », Dead Fader ne semble pas avoir les tympans en face des trous, ou alors une conception toute personnelle du funk. Car si vous cherchez un ersatz de Daft Punk version underground, vous ne frappez même pas à la mauvaise porte, mais carrément…
    Tags: plus, ne, a, d, on, l, electro, côté, assez, ambiant
  • 10000
    Voilà bien un retour auquel je ne m’attendais pas. Darrell Fitton alias Bola avait fait son trou dans les années 2000 en territoire electronica / electro ambiant avec des albums très sympathiques, et pas encore désagréables à la réécoute («Fyuti » et « Krougrine » font encore des allers-retours sur la platine à…
    Tags: plus, on, d, l, qu, a, ne, electro, ambiant, sera

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *