MOBY : Reprise

Pour ses trente ans de carrière, Moby a décidé de faire les choses en grand. Parfois moqué ou sous-estimé, il s’en vient avec un documentaire qu’il a lui-même pensé et qui retrace son parcours, et aussi cet album de réinterprétations de ses plus grands succès façon acoustique ou neo classique avec un orchestre symphonique, et plein d’invités de renom. Un programme qui, au choix, peut allécher ou faire peur, mais qui a carrément été accueilli par Deutsche Grammophon. Et en « vrai », ça donne quoi ? On commence par une « Everloving » majestueuse mais qu’on reconnaît vraiment sans mal. « Natural blues » voit Gregory Porter et Amythyst Khai se partager le micro, et le moins qu’on puisse dire c’est que ça claque ; cette chanson gagne en intensité, en puissance et en groove ce qu’elle perd en mélancolie profonde : une vraie belle reprise. « Go » se fait beaucoup plus tribale et cordée : pas forcément ma version préférée, je préfère son côté sec et énergique de base. « Porcelain » n’a jamais été mon titre préféré de monsieur Richard, et ça ne change pas sur cette relecture plus soyeuse encore. En revanche je trouve « Extreme ways » très réussie, faisant ressortir de façon plus subtile et pure l’émotion. On connaît déjà au moins une dizaine de versions différentes du « Heroes » de Bowie ; celle-ci avec Mindy Jones au micro et un fond minimaliste, ne changera pas la face du monde. L’orchestration n’apporte finalement pas grand-chose de plus à « God moving over the face of the waters », puisque l’essentiel y était déjà. Mon chouchou « Why does my heart feels so bad » se voit affublé d’un feeling plus soul qui ne me convainc pas vraiment. « The lonely night » aurait pu être écrite par Mark Lanegan qui la co-interprète (avec Kris Kristofferson), et je ne vais pas m’en plaindre. J’ai toujours trouvé « We’re all made of stars » too much, alors cette version chant choral m’a vite fait jouer de l’avance rapide. « Lift me up » se présente dans une version plus tragique et moins pop qui lui va bien. « The great escape » a beau ici appuyer assez fort sur la touche pathos, elle fonctionne très bien. « Almost home »est un peu trop onirique et édulcoré pour moi. Enfin, « The last day » exploite au mieux la voix de Skylar Grey et clôt l’aventure en beauté. Alors bilan ? Plutôt positif. Bien sûr, les orchestrations font beaucoup, mais il y a vraiment de l’idée ici, et « Reprise » est loin d’être vain.

Facebook

Instagram

Paroles de l’album

Related Posts

  • 10000
    J’avoue, j’ai fait l’impasse sur la récente période plus rock du musicien-restaurateur Moby. Du coup, je n’ai pas entendu une nouvelle note de l’américain depuis 2011 et l’album « Destroyed ». Le retrouver aujourd’hui dans une configuration plus électronique est donc une surprise. « Mere anarchy » nous accueille, superbe titre electro-pop à la…
    Tags: a, moby, the, plus, of, bien, y, on, ne, me
  • 10000
    Après un "Wait For Me" qui se replongeait dans sa période ambiant, Moby nous revient avec un "Destroyed" clairement orienté électro. Grand bien nous fasse ; celui-là ne finira pas par nous saouler à force de vendre de la lessive et de servir d'habillage sonore à des émissions de variété.…
    Tags: plus, moby, the, se, bien, ne, me
  • 10000
    Comme beaucoup, j'ai découvert Moby avec son formidable remix du thème de « Twin Peaks ». Je l'ai suivi sur « Animal Rights » où il explorait ses racines rock avec bonheur. J'ai été soufflé par « Play » et sa mélancolie bluesy toute personnelle. Et puis il y a eu « 18 », qui exploitait peu ou…
    Tags: moby, beaucoup, me, the
  • 10000
    Après le succès international de "Play", on aurait pu penser que ce petit diable de Moby virerait sa cuti et nous sortirait un album n'ayant rien à voir avec son prédécesseur, comme ce fut le cas pour "Animal Rights"... Que nenni ! Les voix plaintives et bluesy rempilent pour un…
    Tags: moby, of, on, plus, reprise, y
  • 10000
    Moby, passé aux yeux de l'opinion publique du stade de petit punk apprenti bidouilleur à celui d'icône d'un genre en mal de héros, j'ai nommé la musique électronique, et ce sur la foi d'un seul album (« Play »), a toujours eu un penchant pour l'installation sonore d'ambiances. Et s'il…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.