MISERY LOVES CO : Zero

Je suis en-dessous de tout. Je vous ai rebattu les oreilles pendant des années avec « Your vision was never mine to share », le chant du cygne de Misery Loves Co. Il y a quelques temps, j’ai appris avec ravissement et une certaine dose d’appréhension que le groupe se reformait. Et puis, pouf, ça m’est sorti de l’esprit. Et il y a quelques jours, ça m’est revenu en boomerang. Peu importe que ce disque soit sorti il y a presque un an ; je devais aller vérifier. Savoir. Est-ce que le groupe va parvenir à réitérer l’exploit de pondre l’un des disques les plus sous-estimés du rock / metal industriel ? D’entrée de jeu, « Suburban breakdown » me rassure ; il est en droite lignée du disque précédent, à la fois tout aussi doué pour la mélodie et aussi amer dans l’interprétation. Le chant de Patrik Wiren est toujours sombre et abrasif, les riffs sont secs et chauds, l’atmosphère pesante. Alors on peut se demander ce qu’un choeur féminin vient faire sur « A little something ». Bon, ça reste un bon titre malgré tout. « Dead streets » est encore meilleur. On passe ensuite à une version de « Only happy when it rains » pas si éloignée de l’originale, la coloration Misery Loves Co en plus. Pas mauvaise du tout (la fin est vraiment sympa) mais loin d’être aussi impressionnante que la relecture de The Cure (« The drowning man ») sur le disque précédent. « Fell in love » est excellente, « The waiting room » également… En fait, « Zero » est tout ce que je pouvais espérer d’un disque de Misery Loves Co. Il contient tout le talent que j’avais décelé chez le groupe, mais avec un peu plus de retenue, de rigueur mélodique. Bon, j’avoue que le titre qui me passionne le moins est celui qui donne son titre à l’album, et que certains titres manquent de piment, mais dans l’ensemble je suis assez comblé. Et si le groupe pouvait continuer sur sa lancée, je serais heureux.

Instagram

Facebook

Paroles de l’album

Related Posts

  • 10000
    Chant du cygne d'une formation suédoise de metal industriel à la trajectoire assez confidentielle malgré des premières parties bien cool (Slayer, Fear Factory, Machine Head, quand même), ce « Your vision as never mine to share » est pourtant un disque assez fantastique. Débarrassé de ses oripeaux très noise industriel mais ayant…
    Tags: misery, loves, co, assez, the, industriel, share, to, never, vision
  • 10000
    Non, je ne fais pas partie de ceux qui se désespéraient des quatre ans d’absence des suédois d’Outshine, de leurs démêles avec le fisc qui ont bien failli faire voler en fumée toute velléité de continuer à faire de la musique, de la perte d’une partie de ses membres. Pour…
    Tags: a, quelques, y, metal, ai, plus, faire, d'un, se, co
  • 10000
    La découverte de cet album des américains Citizen fait partie des petits bonheurs tant espérés quand on a un loisir aussi chronophage que le mien. Étiqueté emo / post hardcore, j'avoue que je me suis écarté de la route du groupe, fatigué d'écouter des choses certes bonnes mais assez convenues.…
    Tags: rock, alternatif
  • 10000
    Le groupe allemand dont nous allons parler à présent porte assez mal son nom ; sa trajectoire ressemble plus à un météore qu'à un océan. Apparu il y a un an, il en est à deux ep (qui lui ont permis d'être signé sur Nuclear Blast) et, donc, un album. « The…
    Tags: the, plus, metal, y, disque, groupe, temps
  • 10000
    Les clermontois de Untitled With Drums ont apparemment bouffé pas mal de musique dans les années 90 et début 2000. Une période qui transparaît dans chaque note de ce premier album du quintette. Le groupe cite parmi ses principales influences Slint, Failure, Cave In ou True Widow. Moi, j'y entend…
    Tags: a, rock, me, plus, alternatif, faire, on, groupe, disque, savoir

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *